Le gouvernement lance le processus de création du nouveau corps de sécurité

Lors d’un Conseil des ministres, le gouvernement belge a approuvé l’avant-projet de loi pour la création de la direction de la Sécurisation (DAB) au sein de la Police fédérale, un nouveau corps de sécurité qui doit permettre le désengagement progressif des militaires dans la rue.

Le ministre de l’Intérieur Jan Jambon avait annoncé en octobre 2016 la création d’une « garde nationale » pour suppléer l’opération Vigilant Guardian, qui pèse lourdement sur l’armée belge et notamment la Composante Terre. Le projet avait pris un peu de retard mais le processus législatif est désormais bien engagé. L’avant-projet de loi, qui doit attendre l’avis du Conseil d’État, est présenté conjointement par Jan Jambon, ministre de la Sécurité et de l’Intérieur, Koen Geens, ministre de la Justice et Steven Vandeput, ministre de la Défense.

photo Daniel Orban/Défense belge

Ce nouveau corps de sécurité aura un effectif de 1.600 hommes. Le recrutement se fera dans trois services précis: des fonctionnaires du Corps de Sécurité, des militaires en service actif revêtus d’un grade de volontaire ou de sous-officier qui se portent candidats et sont retenus, et des membres du personnel de Brussels Airport Company revêtus de la fonction d’inspecteur de l’inspection aéroportuaire. L’effectif sera composé en grande partie d’agents de sécurisation qui seront employés, des membres du cadre opérationnel à part entière, formés avec un nouveau grade et avec certaines compétences policières. La DAB sera chargée de la surveillance de plusieurs lieux stratégiques: les palais royaux, les infrastructures du SHAPE et de l’OTAN, les institutions internationales et européennes, les bâtiments des autorités nationales et internationales, les sites nucléaires, les cours et les tribunaux ainsi que l’aéroport de Bruxelles.

Le gouvernement précise que ce nouveau corps de sécurité doit permettre à la Police fédérale de dégager un maximum de capacité policière tant au niveau local qu’au niveau fédéral et de se réinvestir dans ses missions centrales. La DAB sera d’ailleurs également chargée de l’exécution de la sécurisation ponctuelle des opérations de police et, en ordre subsidiaire, des escortes. Mais l’autre objectif de départ était également de suppléer Vigilant Guardian même si le gouvernement parle désormais d’un désengagement partiel des militaires avec un équipement et des véhicules de transport adaptés pour cette opération. Le gouvernement prévoit le déploiement progressif de la Direction de Sécurisation courant 2017.

Irak : Steven Vandeput veut augmenter la présence militaire belge en 2018

photo DGCom/BE Defense

Le ministre de la Défense Steven Vandeput compte accroître la présence militaire belge en 2018 en Irak dans le cadre de la lutte contre l’État Islamique.

Un conseil des ministres extraordinaire sur les thématiques « sécurité-justice-défense » s’est réuni ce dimanche à Val Duchesse. Si la Défense n’a pas été le thème central, on peut toutefois en tirer quelques indications notamment sur l’engagement militaire belge en Irak. À court terme, le ministre Steven Vandeput veut le déploiement d’ici cet été de 14 militaires équipés de véhicules militaires de type Dingo pour renforcer la protection du détachement présent dans le nord de l’Irak. Début 2018, le contingent belge devrait atteindre une centaine d’hommes car le ministre souhaite l’envoi d’une cinquantaine hommes supplémentaires afin d’apporter un soutien maximum à la situation sécuritaire et à la stabilité en Irak.

Actuellement, l’opération Valiant Phoenix compte quarante militaires belges. Une trentaine de militaires sont déployés depuis le début de l’année au Kurdistan alors qu’une dizaine d’autres sont toujours présents près de Bagdad où ils forment les militaires irakiens.

Fin avril, le ministre Steven Vandeput s’était rendu sur le front irakien en compagnie du ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, et du secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration, Theo Francken. À son retour, il avait évoqué une extension de la mission de conseil et d’assistance afin que les militaires belges puissent fournir plus concrètement une contribution dirigée tactiquement.

La Belgique a sa première loi de programmation militaire

photo d’illustration (Fraternelle Royale des Chasseurs Ardennais)

La Chambre a voté jeudi soir dernier la première loi de programmation militaire de l’histoire de la Belgique par 82 votes pour et 50 votes contre. Trois députés se sont abstenus dont les deux députés de la N-VA ayant quitté le parti au début de la rentrée parlementaire plus un du sp.a. Le vote a sans surprise marqué le clivage majorité-opposition. Deux partis, ne faisant pas partie de la majorité gouvernementale, ont voté pour: le Parti Populaire et le Vlaams Belang.

Mesure phare de la vision stratégique du ministre Steven Vandeput, cette loi qui a subi des amendements suite aux recommandations du Conseil d’État n’est pas normative comme l’a précisé une nouvelle fois le député de la N-VA Peter Buysrogge lors du débat. Cela signifie donc que les crédits alloués à chaque programme doivent être inscrits annuellement dans le budget et que sa mise en place jusqu’en 2030 dépendra des législatures suivantes.

De son côté, l’opposition socialiste, farouchement contre cette loi depuis le début, a attaqué la majorité sur le dossier des pensions et parlé d:’« un mirage d’un oasis dans un désert budgétaire ». Le député Stéphane Crusnière s’est montré le plus offensif lors du débat du vote:« Les syndicats militaires ont pointé votre politique désastreuse sans précédent en matière d’investissements et de personnel (…) Le cap que vous avez pris n’est pas reflété par cette loi de programmation mais bien par votre décision unilatérale de relever l’âge de la pension des militaires de 56 à 63 ans pour 2030. » Le député André Frédéric a ensuite expliqué pourquoi le groupe socialiste voterait contre en invoquant deux arguments: l’absence d’engagement du gouvernement en faveur d’une défense européenne et le manque d’implication des Régions industrielles dans cette loi. De son côté, le cdH a estimé que le gouvernement n’avait pas cherché le consensus et que la dimension de coopération européenne était insuffisante d’où son opposition au texte.

Face aux attaques de l’opposition, la majorité gouvernementale s’est défendue notamment par l’entremise du député MR Denis Ducarme:« Cette loi de programmation militaire est la plus ambitieuse en terme d’investissements depuis la fin de la Guerre froide. Je suis surpris que vous votiez contre un investissement de plus de neuf milliards. J’espère que ce n’est pas idéologique et qu’il ne faut pas y voir une position antimilitariste dans le chef du PS », a-t-il répliqué. Le président de la Chambre Sigfried Bracke (N-VA) a marqué une volonté de changement: » Nous avons trop longtemps utilisé des plans d’investissement qui étaient ensuite amputés. La loi de programmation militaire inscrit solidement la volonté du gouvernement d’aller au bout des investissements. D’autres pays utilisent cette méthode », a-t-il notamment déclaré. « Nous nous engageons vis-à-vis des citoyens, des militaires, de nos partenaires, de notre industrie et de nos établissements scientifiques », a conclu le ministre Steven Vandeput lors du débat.

 

La loi de programmation militaire prévoit 9,2 milliards d’euros d’investissements militaires jusqu’en 2030.  Les premiers effets doivent se faire sentir à partir de 2019. Cette loi peut déjà être qualifiée d’historique, qu’elle qu’en soit la mise en place dans les législatures futures.

Débat parlementaire loi de programmation militaire (p.36)

La Belgique veut redynamiser son patrimoine militaire

Le ministre Steven Vandeput lors de la présentation officielle du War Heritage Institute le 8 mai 2017 (photo Musée Royale de l’Armée)

Lors d’une cérémonie le 8 mai, le ministre de la Défense Steven Vandeput a présenté officiellement le War Heritage Institute au public. Cet institut, qui va réunir quatre organismes le Fort de Breendonk, la mission Mémoire et Communication de l’Institut des Vétérans – Institut National des Invalides de Guerre, Anciens Combattants et Victimes de Guerre, le Musée Royal de l’Armée et d’Histoire militaire et le Pôle historique de la Défense, veut redynamiser le patrimoine militaire avec une meilleure mise en valeur et des moyens supplémentaires.

Dans sa vision stratégique, le ministre Steven Vandeput voulait rationaliser l’utilisation des différents organismes constitutifs du patrimoine militaire belge et l’a concrétisé dans une loi votée à la Chambre le mois dernier et la création du War Heritage Institute. La mission principale du WHI sera de valoriser le patrimoine militaire belge, la mémoire des conflits armés sur le sol belge ou impliquant des Belges à l’étranger à travers la gestion, la conservation, la restauration et l’acquisition d’objets, de documents et de témoignages immatériels pour une période qui s’étend du Moyen-âge à nos jours. L’ensemble des collections vont rester la propriété de la Défense et du fédéral mais le nouvel organisme fera appel à des partenariats public-privé ainsi qu’à des partenariats avec des entités locales pour la rénovation et l’exploitation des sites. De nouveaux moyens seront aussi alloués à la recherche scientifique.

En juin prochain s’ouvrira la première exposition officielle, « 75e anniversaire du raid sur Dieppe », organisée par le WHI. Les commémorations du cinquantième anniversaire du char Léopard et du centenaire de la troisième bataille d’Ypres sont également au programme tout comme la restauration du Musée Royale de l’Armée. Le WHI sera présidé dans un premier temps par Michel Jaupart, ancien président de l’Institut des Vétérans (IV-INIG).

Voir le reportage Bx1: http://bx1.be/news/inauguration-du-war-heritage-institute-sur-fond-dinquietude/

Le coût de Vigilant Guardian s’élève à un peu plus de 100 millions d’euros depuis 2015

Les premiers Chasseurs Ardennais de l’opération Vigilant en mission à Bruxelles le 17 janvier 2015 (photo Daniel Orban / BE Defense)

Le coût de l’opération Vigilant Guardian s’élève à un peu plus de 100 millions d’euros depuis son lancement le 17 janvier 2015 selon des chiffres fournis par le ministre Steven Vandeput aux députés de la Commission de la Défense. Le chiffre exact arrêté au 18 avril 2017 est de 100.289.000 d’euros. Son coût est supporté en grande partie par le ministère de l’Intérieur. 

Le ministre a par ailleurs indiqué que le dispositif avait évolué depuis son lancement et que le chiffre actuel de 1250 militaires déployés variait selon les endroits et les événements à couvrir. Le dispositif est désormais plus dynamique. En plus de la Composante Terre, deux autres Composantes sont concernées par l’opération: l’Air et la Médicale. Seule la Marine n’y participe pas. Depuis l’année dernière, d’autres unités que des unités de combat au sens strict sont mobilisées comme la logistique et les transmissions.

Le ministre de l’Intérieur Jan Jambon veut lancer un cors de sécurité spécifique ou « garde nationale » qui doit remplacer les militaires dans la rue. Mais le projet prend pour l’instant du retard et les syndicats militaires ne l’espèrent pas avant 2019 voire plus tard s’il n’est pas mis en place par la législature actuelle.

 

Premier saut pour les paras maliens depuis 2011 avec les paras belges

photo EUTM Mali

Du 6 au 9 avril, l’EUTM Mali a organisé une activité d’entrainement au parachute dans la région de Bamako avec les parachutistes belges de la « Force Protection » d’EUTM et 30 parachutistes maliens du 33ème régiment des Commandos Parachutistes. L’objectif de cette activité était de soutenir le développement des capacités de parachutisme maliennes. Pour les parachutistes maliens, il s’agissait de leur premier saut depuis 2011.

Les paras belges du 3ème bataillon de Tielen sont déployés au Mali depuis fin décembre 2016-janvier 2017. Une rotation s’est effectuée en interne début avril pour remplacer le premier détachement. Les Carabiniers-Grenadiers prendront la suite en juillet.

photo EUTM Mali

En déplacement au Mali pour la prise de commandement du général Deconinck à la tête de la MINUSMA, le ministre de la Défense Steven Vandeput a effectué une visite de deux jours pour rencontrer les troupes belges de la mission européenne en compagnie du patron de la Défense le général Marc Compernol.

Les photos du saut: https://www.facebook.com/pg/eutmmali/photos/?tab=album&album_id=1222334701212425

Qu’en est-il de l’opération Desert Falcon et des frappes des F-16 belges en Syrie et en Irak ?

photo Défense belge

Le Soir parle de cacophonie et c’est bien le flou qui entoure la situation des F-16 belges basés en Jordanie et qui frappent en Syrie et en Irak depuis juillet 2016. Deux raisons sont à l’origine du flou: l’incident à Mossoul du 17 mars et le raid aérien américain sur une base syrienne dans la nuit du 6 avril. Si on ajoute une communication pas toujours très claire de la part du gouvernement et des différents ministères, il est difficile de s’y retrouver. 

Le déclencheur est bien le récent raid aérien américain sur une base syrienne. Dans un temps, l’agence Belga a annoncé que la Belgique avait suspendu officiellement ses vols au-dessus de la Syrie tandis qu’une autre source au sein de la Défense a précisé que la situation n’avait rien d’anormal puisque les F-16 belges ne se trouvaient pas tous les jours dans l’espace aérien syrien. Selon les dires de Steven Vandeput, il y a eu suspension de vols sans en avoir eu. Effectivement la Syrie ne concerne qu’environ 20% des missions des F-16 belges. Il n’est toutefois pas illogique de penser que la Belgique n’ait pas voulu prendre de risque pour ses pilotes si Russes et Américains ne s’entendaient plus et que l’espace aérien syrien n’était plus sûre. D’ailleurs les politiques belges se sont montrés réservés dans leurs réactions sur l’initiative américaine faite sans l’accord de l’ONU et qu’ils sont loin de franchement approuver. Cela ne signifiait pas de toute façon que la Belgique avait suspendu les missions de ses F-16 au-dessus de  l’Irak.

Des F-16 belges en Jordanie (photo Défense belge)

D’un autre côté, le récent incident du raid de la coalition à Mossoul du 17 mars joue également un rôle qu’on ne peut écarter. L’incident, qui a donné lieu à une polémique belgo-belge, doit pousser le gouvernement belge à la retenue pour ne pas avoir à gérer une autre polémique. La Défense est toujours dans l’attente des résultats de l’enquête de la coalition internationale et le parquet fédéral n’a pas lancé de procédure pour l’instant. Ce matin dans une interview sur Bel RTL, le ministre des Affaires Étrangères Didier Reynders a précisé que la Belgique avait modifié ses règles d’intervention notamment sur Mossoul, des règles d’intervention qui on le rappelle sont déjà très strictes aucune frappe n’étant effectuée avant une vérification poussée. Il semble que le jour de l’incident du 17 mars, les F-16 belges aient répondu à une demande urgente de leurs alliés irakiens et que le temps était couvert. En revanche, Didier Reynders a nié toute suspension de raids aériens belges. On l’a compris, la prudence est le maître-mot: sécurité des pilotes et sécurité des populations civiles.

Une chose est sûre, la mission des pilotes des F-16 belges déjà compliquée est loin d’être sereine au vu de la situation actuelle et de la position des politiques belges. Elle doit s’arrêter en juillet prochain et personne ne sait quand elle reprendra, les Pays-Bas n’assurant pas l’intérim. Pas sûr que la Belgique soit vraiment chaude pour retenter l’expérience dans un an surtout si la mort de civils venait à se confirmer. Une décision d’arrêter définitivement tout bombardement comme le Danemark ne serait pas surprenante d’autant plus qu’en 2019 de nouvelles élections vont avoir lieu avec la mise en place d’un nouveau gouvernement de coalition !

Opération Desert Falcon : Les F-16 belges ont utilisé des bombes de l’armée américaine en Irak

crédit-photo BE Defence/Malek Azoug

Dans un rapport parlementaire publié au mois de mars sur l’audition du commandant de la Défense le général Marc Compernol en commission de la Défense le 23 novembre dernier, on apprend que les F-16 belges de l’opération Desert Falcon ont utilisé des bombes de l’armée américaine en Irak et en Syrie.

En réponse aux questions des députés sur l’action des F-16 belges dans la coalition internationale contre l’EI, le général Marc Compernol a indiqué que la livraison des bombes pour les F-16 belges basés en Jordanie méritait une attention particulière. Les stocks ne sont plus gérés par la Défense belge tout comme pour les Pays-Bas et le Danemark (pays qui a mis fin à l’engagement de ses F-16 au sein de la coalition internationale en décembre dernier) par exemple, des pays qui ne peuvent plus continuer à le faire à leur niveau. En raison de la longueur des délais de livraison, l’armée belge a dû utiliser des bombes de l’armée américaine.

En mars 2016, le gouvernement belge a approuvé l’achat de bombes GBU-39 A/B «Small Diameter Bomb» (SDB) de 250 livres (environ 125 kg), un achat direct aux États-Unis. Ces bombes, dotées d’une charge deux ou quatre fois moindres que les actuelles bombes en service – de 1.000 ou de 250 kg, doivent réduire les risques de dommages collatéraux. En raison des délais de livraison, la Défense belge ne pourra en disposer que vers fin 2017.

Le 20 mars dernier, le ministre Steven Vandeput et des membres de la commission Défense se sont rendus en Jordanie pour visiter la base belgo-néerlandaise qui abrite les F-16 en partance quotidienne pour des missions en Irak et en Syrie. La barre des 7.000 heures de vol des F-16 belges depuis octobre 2014 et le début de l’opération a été franchie ce jour-là . Au cours de l’opération Desert Falcon actuelle, entamée en juillet 2016, les Belges ont effectué 326 missions, soit environ 3 400 heures de vol. Parmi celles-ci, 45% se composait de missions « cinétiques », jargon militaire signifiant que des bombes ont été larguées sur des objectifs. La plupart de ces missions, quelque 80%, ont eu lieu en Irak.

Les F-16 belges vont quitter la Jordanie le 30 juin prochain et ne seront pas remplacés par les Hollandais. Suivant la décision que le gouvernement prendra, ils pourraient faire leur retour en janvier 2018. Un semestre de déploiement de F-16 coûte à la Belgique environ 23 millions d’euros.

La Belgique et les Pays-Bas franchissent une nouvelle étape dans le remplacement de leur marine

Crédit-photo: BE Defence-Malek Azoug
Crédit-photo: BE Defence-Malek Azoug

Le ministre de la Défense belge Steven Vandeput et son homologue néerlandais Jeanine Hennis-Plasschaert ont signé aujourd’hui deux accords de programme ‘’Program Arrangements’’ pour le remplacement conjoint de frégates et de chasseurs de mines. C’est le franchissement d’une nouvelle étape dans l’autre dossier important de la vision stratégique en achat de matériel avec le remplacement des F-16. Une lettre d’intention commune entre les deux pays avait été signée au mois de novembre 2016. 

Ces deux accords de programme ‘’Program Arrangements’’ prévoient le cadre dans lequel les deux équipes de projet vont examiner et définir les exigences essentielles des nouveaux navires. Ainsi, pour le programme de remplacement des frégates une étude préliminaire pour un « Above Water Warfare »-cluster est lancée en vue d’examiner quels capteurs et quelle technologie de la communication de données sont nécessaires à la défense du nouveau navire contre les menaces aériennes et de surface. Une étude est également lancée pour le programme de remplacement des chasseurs de mines. Celle-ci vise à définir l’architecture des systèmes d’information nécessaires à la « Command & Control » (C2) configuration du nouveau MCM-navire (Mine Countermeasures). Sur base des résultats de ces deux études, les équipes de projet présenteront la description des besoins pour les deux programmes de remplacement et poseront la base pour les deux Memoranda of Understanding.

Au mois de janvier dernier, Steven Vandeput a confirmé que le maintien à flot des chasseurs de mines néerlandais et belge était compliqué.  La maintenance des bâtiments des deux pays est assurée par la marine belge à Zeebrugge. Des pannes surviennent parfois en dehors des entretiens prévus. Les plateformes opérationnelles étant moins nombreuses, les effets de ces pannes sont plus perceptibles qu’auparavant. Toutefois, les bâtiments pourront rester en service jusqu’à leur remplacement, moyennant les efforts nécessaires et le remplacement des logiciels obsolètes.

Le dossier est plus avancé côté belge que côté néerlandais. Le budget d’investissements s’élève à 1,29 milliard d’euros pour les frégates et à 932 millions d’euros pour la capacité de lutte contre les mines, côté belge. Le budget est toujours en cours d’élaboration côté néerlandais. La capacité de lutte contre les mines doit être remplacée à partir de 2023 et les frégates à partir de 2025.

La livraison des huit A400M pourrait être retardée

photo AFP
photo AFP

En raison des problèmes que connaît actuellement le programme Airbus A400M, le calendrier de livraison des huit A400M à la Belgique et au Luxembourg pourrait être changé.

L’Allemagne a été un des premiers pays  à recevoir des A400M. L’un d’eux a déjà connu des problèmes et est tombé en panne début février en Lituanie alors que la ministre de la Défense devait le prendre pour assister à une cérémonie. Airbus a annoncé récemment que ses bénéfices avaient baissé à cause du programme de l’A400M et de ses nombreux déboires.  Le groupe a demandé hier une réunion ministérielle européenne pour prendre la mesure de la situation et convenir des prochaines étapes dans l’intérêt de la poursuite du programme, des gouvernements clients et du secteur européen de la défense.

Interrogé en commission à ce sujet, le ministre de la Défense Steven Vandeput a indiqué que les A400M, qui seraient livrés à la Belgique et au Luxembourg, seraient équipés de la dernière évolution de la boîte de transmission pour éviter certains problèmes techniques. Initialement les huit appareils devaient être livrés entre février 2019 et novembre 2020. Airbus a toutefois proposé à la Belgique une livraison échelonnée à partir de septembre 2019, ce qui laisse penser qu’elle aura plusieurs mois de retard. Le ministre a également indiqué que le prix total d’acquisition était inchangé soit 1,190 milliards d’euros.