L’armée belge n’a pas une bonne communication sur ses opérations à l’étranger selon certains députés socialistes

Selon certains députés socialistes, l’armée belge n’a pas une bonne communication sur ses opérations à l’étranger pour le grand public sur son site internet. Explications.

Dans une proposition de résolution, les députés socialistes Stéphane Crusnière, Sébastien Pirlot, Julie Fernandez Fernandez, Éric Thiébaud et Alain Top demandent au gouvernement fédéral de publier l’ensemble des informations publiques du plan des opérations remises à la Chambre sur le site internet de la Défense avec une actualisation des informations selon l’actualité. Ils estiment que le site internet de la Défense ne donne pas un assez bon aperçu des opérations à l’étranger de l’armée belge pour les citoyens avec une carte statique du monde et peu d’informations qui ne sont pas beaucoup actualisées. Une communication plus efficiente, sans diffuser des données confidentielles et stratégiques, doit permettre à la Défense d’éviter sa réputation de « grande muette » selon ces mêmes députés.

carte des opérations de l’armée belge sur son site officiel

Pour rebondir sur cette proposition des députés socialistes, on peut apporter des précisions à cette critique. Le site internet de la Défense belge a bien un onglet spécifique « opérations et exercices » avec un bandeau déroulant. L’aperçu général consiste en une carte avec des drapeaux fléchés sur les pays où les militaires sont présents mais sans aucune précision ne serait-ce que sur le nombre de soldats impliqués dans l’opération. D’ailleurs la description de la page opérations et entraînements semble ne pas avoir été actualisée en 2016 avec une projection pour 2017. Ainsi on peut lire:« Des militaires belges de l’Eurocorps participeront à l’EUBG pendant le second semestre 2016 ». Actuellement des militaires belges du 12/13ème de Ligne font partie de l’EUBG du premier semestre 2017 sous commandement français mais aucune mention. On sait que l’actualisation des pages dite froides d’un site internet n’est pas toujours le plus simple.

                L’accent est mis sur l’Europe et les pays de l’Est

Dans le bandeau déroulant, certaines opérations de l’armée belge parmi les plus importantes ont un onglet spécifique avec une première place accordée à la Belgique et la fameuse opération Vigilant Guardian (OVG). Il a fallu du temps avant que la Défense belge ne lui donne une place spécifique sur son site, l’onglet ayant fait son apparition courant 2016. L’opération commencée en janvier 2015 se pérennisant pour une durée indéterminée, elle y a été obligée d’autant plus qu’elle s’en sert beaucoup pour entretenir sa bonne image. On peut souligner que toutes les principales opérations de l’armée belge sont plutôt bien expliquées avec une ouverture sur des articles d’actualités. Il suffit simplement de fouiller pour n’importe qui s’y intéresse.  On peut simplement regretter l’absence de la Lituanie alors que 98 militaires belges y sont présents au moins jusqu’à juillet. Sur l’Irak, l’accent est mis exclusivement sur l’opération Desert Falcon tandis que l’opération Valiant Phoenix, consacrée à la formation des militaires irakiens, n’est pas mentionnée spécifiquement ce qui est dommage.

Ces deux dernières années, la Défense belge a fait davantage d’efforts dans sa communication numérique mais cela ne reste pas une de ses priorités. Elle manque de professionnels dans ce domaine et cela se sent dans la gestion des différents canaux numériques: réseaux sociaux et site internet. Un petit coup de modernité ne ferait pas de mal pour son image auprès du grand public et des jeunes !

Rallongement de l’âge de la pension militaire: Le gouvernement n’a vraiment pas le sens du timing

photo agence Belga
photo agence Belga

Depuis l’annonce du rallongement de l’âge de la pension militaire, les milieux militaires belges n’arrêtent pas d’en parler avec colère mais aussi avec ironie parfois. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le gouvernement n’a vraiment pas le sens du timing. Il y a fort à parier que si cette mesure avait été prise il y a deux ans avec un peu plus de concertation, elle n’aurait pas eu le même impact. 

Ici tout a été fait à l’envers mais évidemment le gouvernement s’est trouvé au pied du mur pour négocier le budget entre membres de la coalition dans l’urgence. Pas vraiment le temps de concertation sociale. Maintenant, on peut se demander ce que va amener comme plus cette mesure si ce n’est plus fragiliser le ministère de la Défense. Quelle en sera l’avantage ? Il ne saute pas vraiment aux yeux. Mais au fait la Défense est-elle vraiment la priorité du gouvernement ? Les mots de Charles Michel à  la Chambre dimanche ne sont que de la poudre aux yeux. La loi de programmation militaire, devant valider la vision stratégique de la Défense pour 2030, se fait toujours attendre. Samedi pour la conférence de presse du gouvernement sur l’accord budgétaire, Steven Vandeput n’était pas présent contrairement à son homologue de l’Intérieur Jan Jambon, qui se trouvait juste à la gauche du 1er ministre. Il n’a même pas participé aux discussions budgétaires, occupé en Scandinavie. Que doit-on y comprendre ? Que le dossier Défense est minoritaire et déjà réglé ?

En un an et demi, on aura tout demandé aux militaires belges: de patrouiller dans les rues, d’aider dans les prisons, d’apporter sa contribution à la crise des réfugiés en soutien logistique et en mise à disposition de bâtiments etc… En même temps, la fermeture de casernes et la réduction de postes sont prévues. Ils ont été la cible de Daech. Les différentes unités ont peu le temps de souffler. Sitôt une mission à l’étranger ou un exercice finis, elles sont de nouveau projetées dans les rues. Certes il est facile de prononcer des mots devant des députés et les caméras du pays dans un exercice de communication politique. Les militaires, eux, attendent des actes concrets sur leur avenir et leur carrière et la réponse du gouvernement est le rallongement de l’âge de la pension du militaire. C’est ce qui s’appelle un camouflet, un coup de poignard dans le dos. On peut facilement comprendre leur colère et la fronde unanime des syndicats militaires. Tout a été fait à l’envers.

Alors oui on peut dire que le gouvernement n’a pas vraiment le sens du timing et le PS a beau jeu d’ironiser, lui qui n’a guère donner une meilleure considération à la Défense quand il était au gouvernement. La Défense mérite mieux que ce risible jeu politicien et un peu plus de considération. Tous les partis confondus ont laisser s’éroder peu à peu l’armée belge et ils sont tous responsables. Aucun n’a réussi à la remettre véritablement au cœur du débat politique…à moins que la loi de programmation militaire n’arrive vraiment à la Chambre !

Quand le député Benoît Hellings évoque le « joujou » du ministre Steven Vandeput au sujet du F-35

benoit-hellingsLe ministre de la Défense Steven Vandeput a effectué  cette semaine une visite dans les pays scandinaves. Il se trouvait mardi en Norvège, un pays qui a remplacé ses F-16 par des F-35. Ce n’est pas sans rappeler la situation de la Belgique. Steven Vandeput a précisé qu’il n’était là que pour se renseigner sur la façon dont avait procédé la Norvège. « Il ont choisi le F-35, mais cela ne veut rien dire de plus pour la Belgique« , a-t-il déclaré entre autre. Cette visite n’a pas plu à tout le monde et notamment au député Écolo Benoît Heelings. 

Le député Écolo de l’opposition et membre de la commission Défense, Benoît Heelings, l’a fait savoir sur les réseaux sociaux. « Steven Vandeput va en Norvège voir « comment ils ont fait pour acheter le « , ce joujou à + de 200.000.000 € / pc », a-t-il tweeté. Steven Vandeput, qui n’hésite pas en général à répondre sur Twitter quand il veut recadrer certains faits, a rétorqué :« Non sens. Lisez l’article complet. Si vous voulez me citer, faites-le correctement svp. » Une réponse qui n’a visiblement pas satisfait le député si on en croit sa réponse:« pour embarquer dans le programme F-35, comme l’ont fait la Norvège et les Pays-Bas, nous sommes trop tard » . »

 

 

Cette passe d’armes sur les réseaux sociaux n’a rien de surprenant. Depuis le départ, Écolo avec le PS s’oppose à cet achat qu’il juge inutile pour l’armée belge et exorbitant. En septembre 2013 sous le gouvernement précédent alors que l’ancien ministre de la Défense Pieter De Crem envisageait déjà le remplacement des F-16 par des F-35, les deux partis s’étaient insurgés contre cette hypothèse. Plus récemment, le député Benoît Hellings a reproché au gouvernement son manque de transparence quant à la procédure d’achat, l’accusant d’avoir déjà choisi avant même le début de la procédure. « On craint depuis le début que les dés ne soient pipés », avait-il notamment déclaré après la sortie de Pieter de Crem, secrétaire d’État au Commerce extérieure, en faveur du F-35.

L’achat de nouveaux avions de chasse pour 3,59 milliards d’euros est l’un des achats les plus importants de cette dernière décennie de la Défense belge. Malgré les assurances du gouvernement, le F-35 est régulièrement présenté comme le favori dans la presse belge alors même que la procédure de marché public n’est pas encore lancée.