La Belgique a rapatrié son matériel sensible et son contingent militaire du Congo

crédit-photo Ritchie Sedeyn/BE Defence

Dans un communiqué, la Défense belge a officialisé la fin de la coopération militaire avec le Congo et le rapatriement de son matériel sensible ainsi que des derniers militaires sur place.

Hier, un C-130 de l’armée belge a atterri à Melsbroek avec du matériel sensible et des militaires en provenance du Congo, précise le communiqué de la Défense. Il fermait la marche d’un premier rapatriement de personnel le week-end dernier à Zaventem. Au cours de ses treize dernières années de coopération militaire, un important stock de matériel avait été accumulé au Congo. La Défense belge a indiqué qu’elle avait laissé sur place du matériel sans valeur et qu’elle avait vendu un nombre important de véhicules.

Le rapatriement du matériel et du contingent a été retardé à cause de complications diplomatiques et d’une panne générale qui avait cloué au sol la flotte de C-130 après que le gouvernement congolais ait mis fin à la coopération militaire avec la Belgique en avril dernier. Faute d’avoir eu les autorisations nécessaires pour son bon déroulement, une douzaine de militaires belges avait dû rester à Kindu pour garder le matériel sensible.

Dans son communiqué, la Défense belge a tenu à souligner qu’elle avait consacré beaucoup de temps et d’énergie pour la formation de l’armée congolaise notamment dans le domaine du génie, précisant que les militaires des deux pays avaient toujours eu de bonnes relations. « La décision de mettre fin à cette coopération émane du gouvernement congolais. La Défense belge reste prête à développer de nouveaux partenariats après décision du gouvernement », conclut-elle.

Publicités

Les C-130 de l’armée belge de nouveau opérationnels prochainement

crédit-photo BE Defense

Après une panne générale qui aura cloué au sol les 10 C-130 belges pendant un peu peu plus d’un mois, ces derniers devraient pouvoir reprendre leur activité prochainement. 

RTL Info révélait au mois de juin dernier qu’une panne clouait au sol la flotte de C-130 la Composante Air. Selon leurs informations, cette panne aurait été due à un changement d’huile effectué dans les circuits hydrauliques des appareils. Par souci d’économies, de l’huile minérale a été utilisée au lieu de l’huile synthétique habituelle. Le problème c’est que l’huile minérale se fige à basse température et en altitude. Il a fallu donc changer les 800 litres d’huile hydraulique de tous les appareils dont certains ne se trouvaient pas sur le territoire belge.

La Défense belge a indiqué hier sur son site que les C-130 étaient à nouveau pratiquement opérationnels. Elle parle de problèmes persistants sur le système de contrôle des commandes de vol. Des inspections techniques ont été menées sur tous les appareils avec des réparations et des réajustements ainsi que le remplacement de certains composants (comprendre le remplacement de l’huile hydraulique). Les techniciens de l’armée belge ont également amélioré les systèmes et procédures techniques.

Certains C-130 ont déjà pu reprendre leur vol tandis que les autres vont bientôt suivre, permettant à l’armée belge de disposer à nouveau entièrement de sa flotte d’avions de transport. Selon la Défense belge, cette longue indisponibilité a fortement impacté les missions du 15 Wing Transport Aérien de Melsbroek et par là-même les opérations de l’armée belge. On peut penser au Congo, au Mali etc…Fort heureusement, il n’y a pas eu de crises majeures nécessitant l’évacuation de ressortissants ou de militaires belges.

[EUTM Mali] 90 Chasseurs Ardennais en partance pour le Mali

Photo TV Lux
Photo TV Lux

Ce lundi 12 septembre, 90 militaires des Chasseurs Ardennais ont décollé de Melsbroek pour Koulikoro au Mali dans le cadre de la mission de l’EUTM Mali. Ils vont assurer la protection des instructeurs chargés de former l’armée malienne pendant 4 mois. Ils seront rejoints le 17 septembre par 33 autres militaires. Ils vont remplacer leurs camarades du Bataillon Libération- 5 Ligne de Bourg Léopold.

Pour assurer cette mission, les Chasseurs Ardennais seront appuyées par du personnel issu du 4ème Bataillon Logistique (4Bn Log), du 3ème Élément Médical d’Intervention (3EMI) et du 4ème Groupement Communication Information System (4Gp CIS), de Marche-en-Famenne également, ainsi que d’un élément MCG (Movement Control Gp) de Zeebrugge.

Des Chasseurs Ardennais en exercice à Canjuers (photo Fraternelle des Chasseurs Ardennais)
Des Chasseurs Ardennais en exercice à Canjuers (photo Fraternelle des Chasseurs Ardennais)

Pour préparer au mieux cette mission de 4 mois, le bataillon a été en exercice du 9 au 25 mai sur l’immense camp français de Canjuers. « La météo et le terrain du sud de la France sont mieux adaptés à leurs objectifs », déclarait le lieutenant-colonel Étienne Goudemant, « La plupart des hommes se préparent à l’European Union Training Mission (EUTM) au Mali. Ici, nous avons un grand terrain disponible avec stands de tirs, villages reconstruits, etc. Nous avons cette infrastructure en Belgique mais il manque la chaleur qui est une grande difficulté sur le terrain, c’est pour ça que nous travaillons ici. » Le  4ème Groupement Communication Information System faisait également partie de l’exercice.

Depuis juillet, un général belge est à la tête de l’EUTM Mali. Il s’agit du général de brigade Éric Harvent, commandant de la brigade Médium depuis le 13 février 2015 et ancien chef de corps des Chasseurs Ardennais entre avril 2006 et décembre 2008. L’actuel chef de corps des Chasseurs Ardennais, le lieutenant-colonel Étienne Goudemant, est déjà sur place depuis quelques semaines au sein de l’état-major européen. Il est remplacé par son commandant en second, le commandant Bruneau.