Opération Desert Falcon : Le rôle central du Red Card Holder basé au Qatar avant chaque frappe de F-16 belge

L’équipe du Red Card Holder belge avec le chef de la Défense le général Marc Compernol lors de sa tournée des troupes belges à l’étranger en décembre 2016 (photo BE Defense)

Depuis octobre 2014, la Belgique est engagée dans la coalition internationale qui lutte contre Daesh à travers notamment les frappes des F-16 de la Composante Air. Alors que la Belgique est régulièrement accusée de manque de transparence sur ces frappes, une audition de la commission de la Défense nationale sur la transparence lors des missions militaires belges à l’étranger s’est tenue. Suite à cette audition, un rapport parlementaire a été publié en juillet et mis en ligne en septembre. Il permet d’apporter un éclairage sur le processus  décisionnel d’une frappe belge.

Le principe de « zéro » victime

C’est le lieutenant-colonel Christian De Cock, juriste militaire, qui a exposé le cadre juridique de l’opération Desert Falcon et son exécution en pratique. Trois principes régissent chaque opération militaire belge en général: le principe de distinction entre objectifs militaires et civils, le principe de précaution en cas de frappe et le principe de proportionnalité par rapport aux dommages collatéraux. Sur la base de ces principes, la Défense estime si la cible militaire est légitime. En cas du moindre doute, la frappe est annulée. La Belgique applique une zero civilian casuality expectancy rule pour toutes ces frappes et donc le principe de « zéro » victime. La distance entre le bien civil et l’objectif militaire déterminera également le choix de l’arme à utiliser.

Le rôle du red card holder

Le Combined Air Operations Center (CAOC) situé au Qatar d’où opère le Red Card Holder belge

Le premier point décisionnel se situe au Qatar au centre des opérations de la coalition (CAOC). La Belgique y a une petite équipe de quatre hommes qui fait le lien avec le détachement de F-16 basés en Jordanie: le red car holder, qui représente le chef de la Défense, prend la décision et suit tout le processus de la frappe. Son fonctionnement se base sur celui d’une mission classique de l’OTAN au sein d’une coalition où chaque pays est souverain. L’officier belge a le pouvoir d’opposer son veto à une mission décidée par la coalition internationale au nom de son pays. Pour prendre cette décision, il se base sur des directives nationales données notamment par le chef de la Défense, des cibles définies préalablement, des règles d’engagement, de la possibilité de dommages collatéraux excessifs et de la zero civilian casuality expectancy rule. Pour ce faire, il est assisté en permanence d’un juriste militaire spécialisé dans le droit humanitaire international. Le pilote dans son cockpit peut également décider d’annuler une frappe en dernière instance si la situation sur le terrain évolue en coordination avec le red card holder. Le red card holder joue donc un rôle central et extrêmement important dans le processus décisionnel d’une frappe. Toutefois le lieutenant-colonel De Cock a souligné que la principale difficulté de la décision venait du fait que les combattants de Daesh n’avaient pas d’uniforme distinctif et se fondaient dans la population civile. Ces éléments sont pris en compte à chaque mission par le red card holder et le pilote lui-même.

photo BE Defense

Ces règles très strictes font dire à la Défense belge qu’il y ait très peu de risques que les frappes de ses F-16 occasionnent des victimes civils même si elle reconnait que le risque zéro n’existe pas. Chaque mission fait l’objet d’un rapport interne établi par l’unité, le centre d’opérations et le red car holder à partir des images aériennes des pilotes et complété à l’aide d’autres données récoltées au sol (troupes, autorités locales, réseaux sociaux). Ce rapport est transmis à l’état-major de la Défense et au chef de la Défense. Le colonel Pierre Gerard, directeur Opérations Militaires auprès du cabinet du ministre Steven Vandeput, a précisé que depuis les accusations russes en octobre 2016 des cartes géographiques sont systématiquement montrées aux membres de la commission chargée du suivi des missions à l’étranger.

En revanche lors de cette audition, la Défense a répété plusieurs fois qu’elle ne communiquerait pas plus sur ces frappes, estimant que la transparence était garantie par la compétence d’enquête du procureur fédéral ainsi que par le contrôle parlementaire. La Défense privilégie la sécurité physique et judiciaire (risques de constitutions de partie civile) de ses pilotes.

Rapport de la commission de la Défense Nationale sur l’audition en rapport avec la transparence lors des missions militaires belges à l’étranger

 

Publicités

Quatre F-16 néerlandais relèveront les Belges en janvier 2018 en Irak

Photo NL Defensie

La Défense néerlandaise a officialisé hier la prolongation de trois missions à l’étranger en 2018 dont l’Irak et l’envoi de quatre F-16 qui seront basés en Jordanie.

En Irak, quatre F-16 néerlandais prendront la relève des  F-16 belges dont la mission avait été prolongée en juin dernier après que le gouvernement hollandais ait annoncé qu’il ne pouvait pas assumer la relève pour des raisons budgétaires. Ils seront déployés à partir de janvier 2018 pour une durée d’un an. Le détachement hollandais sera composé d’environ 150 militaires. Les militaires belges devraient assurer la protection de ce détachement. De plus, un détachement de 155 formateurs hollandais continuera l’instruction des forces armées irakiennes.

Au Mali, l’armée néerlandaise sera toujours présente au sein de la MINUSMA en 2018. La mission du détachement composé d’environ 250 hommes sera concentrée en grande partie sur la collecte et l’analyse de données. La gestion du camp Castor sera passée à l’Allemagne. De son côté en 2018, la Belgique renforcera sa contribution à la mission de l’ONU au Mali avec le déploiement d’une unité belge de reconnaissance du bataillon ISTAR, d’une équipe de renseignement, de deux hélicoptères NH-90 ainsi que d’un avion de transport C-130. Parallèlement, la Belgique va baisser sa contribution à l’EUTM Mali.

En Afghanistan, les Pays-Bas maintiennent la présence d’un détachement de 100 hommes au sein de la mission Resolute Suport de l’OTAN. Actuellement, environ 60 militaires belges sont toujours présents en Afghanistan. En juin dernier, le ministre Steven Vandeput a indiqué qu’il étudiait la possibilité de l’envoi d’un peloton de reconnaissance d’une trentaine d’hommes.

D’ici la fin de l’année, le gouvernement belge devrait approuver les différents engagements opérationnels de l’armée belge pour 2018.

 

Opération Desert Falcon : Quatre F-16 belges en Irak jusqu’en décembre 2017

photo Défense belge

Le gouvernement Charles Michel a annoncé jeudi soir la prolongation de la mission de quatre F-16 belges en Irak, qui doit être officialisée lors du prochain conseil des ministres.

Depuis la fin de l’année 2016, les Pays-Bas avaient annoncé qu’ils ne pourraient pas prendre la succession de la Belgique avant janvier 2018. Depuis la Belgique étudiait à donner une nouvelle forme à l’opération Desert Falcon, la prolongation de la mission n’étant pas budgétée, ou bien à la prolonger purement et simplement. En commission de la Défense ce mercredi, le ministre Steven Vandeput avait laissé entendre que la mission des F-16 belges serait prolongée alors qu’ils devaient rentrer normalement en Belgique fin juin.

Le premier ministre Charles Michel a indiqué jeudi soir à l’agence Belga que le gouvernement avait trouvé un accord pour prolonger la mission de quatre F-16 belges en Irak jusqu’à la fin de l’année. Les deux autres F-16 devraient donc rentrer au pays. Selon le ministre Steven Vandeput, le prolongement de la mission devrait coûter environ 23 millions d’euros brut à la Belgique. En contrepartie, les Pays-Bas vont continuer à fournir le détachement de protection du contingent belge en Jordanie et assurer la protection de l’espace aérien du Benelux jusqu’à la fin de l’année sans discontinuité. D’autres contreparties sont à l’étude mais elles ne seront pas d’ordre financière.

 

Qu’en est-il de l’opération Desert Falcon et des frappes des F-16 belges en Syrie et en Irak ?

photo Défense belge

Le Soir parle de cacophonie et c’est bien le flou qui entoure la situation des F-16 belges basés en Jordanie et qui frappent en Syrie et en Irak depuis juillet 2016. Deux raisons sont à l’origine du flou: l’incident à Mossoul du 17 mars et le raid aérien américain sur une base syrienne dans la nuit du 6 avril. Si on ajoute une communication pas toujours très claire de la part du gouvernement et des différents ministères, il est difficile de s’y retrouver. 

Le déclencheur est bien le récent raid aérien américain sur une base syrienne. Dans un temps, l’agence Belga a annoncé que la Belgique avait suspendu officiellement ses vols au-dessus de la Syrie tandis qu’une autre source au sein de la Défense a précisé que la situation n’avait rien d’anormal puisque les F-16 belges ne se trouvaient pas tous les jours dans l’espace aérien syrien. Selon les dires de Steven Vandeput, il y a eu suspension de vols sans en avoir eu. Effectivement la Syrie ne concerne qu’environ 20% des missions des F-16 belges. Il n’est toutefois pas illogique de penser que la Belgique n’ait pas voulu prendre de risque pour ses pilotes si Russes et Américains ne s’entendaient plus et que l’espace aérien syrien n’était plus sûre. D’ailleurs les politiques belges se sont montrés réservés dans leurs réactions sur l’initiative américaine faite sans l’accord de l’ONU et qu’ils sont loin de franchement approuver. Cela ne signifiait pas de toute façon que la Belgique avait suspendu les missions de ses F-16 au-dessus de  l’Irak.

Des F-16 belges en Jordanie (photo Défense belge)

D’un autre côté, le récent incident du raid de la coalition à Mossoul du 17 mars joue également un rôle qu’on ne peut écarter. L’incident, qui a donné lieu à une polémique belgo-belge, doit pousser le gouvernement belge à la retenue pour ne pas avoir à gérer une autre polémique. La Défense est toujours dans l’attente des résultats de l’enquête de la coalition internationale et le parquet fédéral n’a pas lancé de procédure pour l’instant. Ce matin dans une interview sur Bel RTL, le ministre des Affaires Étrangères Didier Reynders a précisé que la Belgique avait modifié ses règles d’intervention notamment sur Mossoul, des règles d’intervention qui on le rappelle sont déjà très strictes aucune frappe n’étant effectuée avant une vérification poussée. Il semble que le jour de l’incident du 17 mars, les F-16 belges aient répondu à une demande urgente de leurs alliés irakiens et que le temps était couvert. En revanche, Didier Reynders a nié toute suspension de raids aériens belges. On l’a compris, la prudence est le maître-mot: sécurité des pilotes et sécurité des populations civiles.

Une chose est sûre, la mission des pilotes des F-16 belges déjà compliquée est loin d’être sereine au vu de la situation actuelle et de la position des politiques belges. Elle doit s’arrêter en juillet prochain et personne ne sait quand elle reprendra, les Pays-Bas n’assurant pas l’intérim. Pas sûr que la Belgique soit vraiment chaude pour retenter l’expérience dans un an surtout si la mort de civils venait à se confirmer. Une décision d’arrêter définitivement tout bombardement comme le Danemark ne serait pas surprenante d’autant plus qu’en 2019 de nouvelles élections vont avoir lieu avec la mise en place d’un nouveau gouvernement de coalition !

[RÉTROSPECTIVE] Les moments marquants 2016 de l’armée belge

Photo Sedeyn Ritchie/BE Defense
Photo Sedeyn Ritchie/BE Defense

2016 aura été une année riche en engagement pour l’armée belge entre le Mali et l’Irak. Mais le point d’orgue de cette année opérationnelle sont les attentats du 22 mars et l’opération Vigilant Guardian. On ne peut manquer d’évoquer la mobilisation historique du 15 novembre contre la réforme du régime des pensions.

1. L’opération Vigilant Guardian

Comme en 2015, les militaires belges ont été déployés massivement dans les villes du pays pour atteindre le nombre de 1.800 malgré une baisse en fin d’année. Leur image est devenu familière pour les belges. Dans les journaux, des photos de patrouilles militaires illustrent désormais des articles en rapport avec la sécurité du territoire et le terrorisme. Opération pesant sur les unités de combat de la Composante Terre, l’armée belge a fait appel à des unités de logistique et même de la Composante Médicale. Elle continue d’alimenter régulièrement le débat politique et militaire avec des remises en question sur son efficacité et ses limites. Parallèlement, la Défense continue de mener l’opération Spring Guardian pour la protection des centrales nucléaires. Au mois de mai, des militaires ont été également déployés dans les prisons pour suppléer les gardiens de prison en grève dans une mission qui a été appelée brièvement: opération Central Guardian.

photo Daniel Orban/BE Defense
photo Daniel Orban/BE Defense

2. Les attentats du 22 mars

Les attentats du 22 mars, qui ont frappé la Belgique, ont marqué l’armée belge mise à contribution comme les différents services de sécurité et de santé du pays. Le document officiel Dbriefing de la Défense détaille précisément le rôle qu’a joué l’armée ce jour-là. Les deux lieux des attentats (Zaventem et Maelbeek) étaient sous la surveillance du bataillon de Chasseurs à cheval (ISTAR). Au moment de l’explosion dans l’aéroport, les militaires, qui se trouvaient loin du lieu de l’attaque, ont d’abord sécurisé leur position avant de se rendre dans le hall de départ en déplacement tactique et d’évacuer et soigner les blessés. Ils ont été soutenus par le 2ème bataillon de Commandos, réquisitionné en urgence, tandis que le 12/13ème de Ligne sécurisait l’aéroport de Liège. Le Service d’Enlèvement et de Destruction d’Engins Explosifs (SEDEE) a été énormément sollicité tant sur les lieux de l’attaque que sur ceux des perquisitions. L’Hôpital Militaire Reine Astrid a accueilli et soigné des blessés qui ont été évacués et transportés par les hélicoptères de la 40ème escadrille. Le 6e groupe Systèmes de Communication et d’Information (CIS) a assuré l’appui des transmissions de la Croix-Rouge, suppléant les autres réseaux de communication saturés. La police militaire a assuré les déplacements militaires en tout genre vers Bruxelles. Les unités de logistique ont également été mises à contribution pour soutenir leurs collègues. La Défense a installé son centre de crise en moins d’une heure au Centre des opérations et a été en contact étroit avec la Police fédérale et les services de secours. Ce centre de crise est resté opérationnel et actif pendant quatre semaines. Dans la lumière ou dans l’ombre, toutes les unités de l’armée belge ont agi avec efficacité durant les attentats et c’est pourquoi la Défense leur a rendu hommage appuyé dans son numéro Dbriefing spécial attentats à travers différents récits: » Des récits de personnes qui se sont surpassées, alors qu’elles étaient confrontées à d’horribles spectacles. Des récits d’une mobilisation hors norme et d’une forte réactivité. Des récits qui sont source de fierté et de gratitude. » Bravo à tous !

photo EUTM Mali
photo EUTM Mali

3. La Belgique prend la tête de l’EUTM Mali

Le 3 juillet 2016, le général de brigade Éric Harvent a pris le commandement de l’EUTM Mali en remplaçant le général de brigade allemand Werner Albl. Le mois précédent, le colonel Verdoodt avait pris de son côté le commandement de l’Education and Training Task Force (ETTF). L’armée belge porte son contingent au Mali à 175 militaires au mois de septembre, composé en grande partie de Chasseurs ardennais. Le Mali devient alors la plus importante mission à l’étranger pour la Composante Terre.

photo BE Defense
photo BE Defense

4. Les F-16 de retour en Jordanie

Le lundi 27 juin 2016, six F-16 belges ont décollé de la base aérienne de Kleine-Brogel en présence du ministre de la Défense Steven Vandeput et du commandant de la Composante Air le général-major aviateur Frederik Vansina pour rejoindre la Jordanie et remplacer les F-16 hollandais. Depuis, ils participent à la lutte contre Daesh au sein de la coalition internationale mais très peu d’informations filtrent sur les frappes menées. Le contingent belge a reçu la visite du Roi Philippe le 15 novembre dernier.

photo page FB Belgian Military Interests
photo page FB Belgian Military Interests

5. La mobilisation historique du 15 novembre

Les militaires belges n’étaient plus descendus dans la rue depuis 2002. La nouvelle de la décision du gouvernement de prolonger l’âge de la pension militaire a provoqué beaucoup d’émoi et de colère au sein des rangs de la Défense. Les syndicats ont appelé à manifester le jour symbolique de la Fête du Roi. Ils étaient environ 1/3 de l’armée belge à être descendus dans la rue, envoyant un message fort aux politiques. Des personnalités importantes du monde de la Défense ont pris publiquement position pour apporter leur soutien aux manifestants. On peut déjà qualifier cette manifestation d’historique.

L’armée belge aura été mise à rude contribution cette année mais elle a répondu à chaque fois présente pour la sécurité de la Belgique. Pour 2016, les attentats du 22 mars resteront sans aucun doute l’événement le plus marquant. Maintenant cap vers 2017 pour de nouveaux défis !

Visite très symbolique du Roi Philippe aux pilotes belges en Jordanie

crédit: Photo News
crédit: Photo News

Le Roi Philippe a rendu visite ce 15 novembre aux pilotes belges de l’opération Desert Falcon dont le détachement aérien est basé en Jordanie dans le cadre de la lutte contre Daech. Les F-16 belges ont pris le relais de leurs homologues hollandais au mois de juillet dernier. La visite avait été tenue très secrète pour des raisons de sécurité évidentes et n’a été rendu publique qu’une fois le Roi revenu en Belgique.

À l’étranger le jour de la Fête du Roi

Le jour choisi était très symbolique puisque c’était celle de la Fête du Roi, une fête qui est également l’occasion pour l’armée de montrer sa loyauté envers le souverain. Dans toutes les unités, un toast est porté en son honneur ce jour-là. Si un Te Deum est chanté en son honneur ce jour-là à la cathédrale de Bruxelles, il n’y est pas présent contrairement aux autres membres de la famille royale. Son absence ne pouvait donc pas être remarquée. C’était la première fois qu’un souverain belge sortait du pays le jour de la Fête du Roi, preuve de l’importance et de la portée que le Roi Philippe voulait donner à cette visite. Ayant fait une brillante carrière militaire alors qu’il n’était que prince, le Roi Philippe a été pilote de F-16 et ses ailes de pilote sont toujours présentes quand il est en uniforme quel qu’il soit.

Visite d’un militaire aux militaires 

Beaucoup de médias belges y ont vu un signe de soutien aux pilotes belges face aux accusations russes de bombardements belges sur Alep causant des pertes civiles. Ces allégations russes avaient été fermement démenties par le ministre des Affaires Étrangères et le ministre de la Défense. Mais cette visite était bien plus que ça et d’ailleurs l’entourage royal a indiqué à un média flamand que ce n’était pas du tout le but. Bertrand Henne, journaliste à la RTBF,  ne s’y est pas trompé dans sa chronique du jour: « Cette visite royale aux soldats en mission résonne du coup comme un soutien implicite à l’armée, à son utilité. En ce sens, le symbole était aussi un peu politique. » Preuve supplémentaire, le Roi était habillé en tenue de pilote de chasse de combat comme pour montrer qu’il venait en militaire en tant que commandant en chef des Forces armées et non pas en tant que chef d’État.

Le Roi Philippe et le Roi Abdullah II, tous deux anciens pilotes de F-16

Le Roi Philippe a été reçu en Jordanie par le roi Abdullah II. Les deux familles royales sont très liées. Au mois de mai de cette année, le souverain jordanien avec sa femme Rania avait effectué une visite d’État en Belgique. À cette occasion, il s’était rendu avec le Roi Philippe sur la base aérienne de Florennes d’où devaient partir les F-16 belges pour la Jordanie au mois de juillet. Les deux souverains étaient restés sur la base pendant une heure et demie et avaient assisté à une démonstration d’acrobaties aériennes de F-16.  Le roi Abdullah II est également ancien pilote de F-16. De son côté, la reine Mathilde avait elle-même fait un déplacement en Jordanie au début du mois de novembre pour visiter un camp de réfugiés.

Pour cette visite, le Roi Philippe était accompagné du général Marc Compernol, patron de la Défense, du général Frederik Vansinna, chef de la Composante Air, ainsi que du secrétaire d’État Pieter de Crem, ancien ministre de la Défense. Le ministre de la Défense Steven Vandeput était retenu à Bruxelles pour les raisons que l’on sait. De leur côté, les pilotes belges ont apprécié cette visite et ont pu porter leur toast au Roi Philippe en présence de ce dernier. Le souverain a envoyé un signal fort à la communauté militaire, dont il reste proche, le jour-même où des milliers de militaires inquiets descendaient dans la rue pour manifester. Le Roi ne pouvant pas prendre publiquement la parole pour s’exprimer et donner son opinion, cette visite est également un signal envoyé au monde politique.

Où en est la stratégie de la Belgique en Irak et l’opération Desert Falcon ?

Des F-16 belges décollent de la base aérienne de Kleine-Brogel pour la Jordanie le 27 juin 2016 (photo Défense belge)
Des F-16 belges décollent de la base aérienne de Kleine-Brogel pour la Jordanie le 27 juin 2016 (photo Défense belge)

Depuis le 28 juin dernier, la Belgique a remplacé les Pays-Bas en Irak pour un an avec l’envoi de six F-16 en Jordanie dans le cadre de l’opération Desert Falcon. Les deux pays coopèrent depuis l’an dernier, en alternant les missions de combat et de surveillance. Cette coopération est unique au sein de la coalition internationale. Elle permet à ces deux pays de montrer qu’ils luttent contre Daesh, au-delà de leurs frontières, malgré des moyens budgétaires limités. Depuis juillet, la stratégie de la Belgique en Irak a-t-elle changé ou évolué ?

On a appris dernièrement que cette coopération belgo-néerlandaise en Irak ne devrait sans doute pas s’arrêter là. Les commandos néerlandais doivent aider les forces spéciales irakiennes et la formation devrait prendre une autre forme suite à leur avancée sur le terrain. Le gouvernement des Pays-Bas veut le faire en collaboration avec la Belgique, a indiqué la semaine dernière la ministre de la Défense Jeanine Hennis-Plasschaert. Hier le tout nouveau chef de la Défense, le général Marc Compernol, a rencontré pour la première fois son homologue néerlandais le général Tom Middendorp. Ils ont pu échanger sur les projets de coopération actuels et à venir. On devrait en savoir plus dans les semaines à venir.

De plus ce lundi sur la Radio 1, le ministre de la Défense Steven Vandeput a également affirmé qu’une trentaine de militaires belges se rapprocheraient de la ligne de front avec l’EI. Ces soldats ne seront toutefois pas amenés à combattre sur le terrain. Ils prêteront assistance depuis des centres internationaux fermés. « Ils ne courront pour l’essentiel pas plus de risque que dans leur environnement actuel en Irak« , où ils contribuent à la formation de l’armée, a précisé le ministre. Il a aussi indiqué que les F-16 belges prenaient part désormais à des vols au-dessus de la Syrie (10% sur le total des vols depuis la Jordanie).  La Belgique reste toutefois dans l’attente d’une demande de la coalition internationale après le dernier accord russo-américain.

Des F-16 belges en Jordanie (photo Défense belge)
Des F-16 belges en Jordanie (photo Défense belge)

Ces quelques indications donnent une idée sur la stratégie de la Belgique en Irak même si des lignes restent à définir. Peu d’informations filtrent sur les frappes des F-16 belges: fréquence, résultats etc. Dans la nuit du 5 juillet 2016, ils ont mené leurs premières frappes avec deux Rafales français. Depuis, plus rien ne sort dans les médias. Du côté de la Défense, on indique qu’une communication sera faite sur l’opération Desert Falcon, début octobre, lors d’un point-presse. Avant leur départ, les F-16 belges, en cours de remplacement, ont bénéficié d’une mise à jour logicielle pour être tout aussi performants que les autres avions de la coalition. La Belgique n’entend pas faire preuve de figuration.

Candidate à un siège de membre non-permanent du Conseil de sécurité pour la période 2019-2020, la Belgique veut augmenter sa contribution à des missions onusiennes dans des « niches » pour être plus crédible. Actuellement 120 pilotes et techniciens belges participent à l’opération Desert Falcon. La participation belge à l’opération internationale Inherent Resolve représente 5% de la coalition internationale.