Renouvellement des véhicules de combat : La Belgique étudie d’autres pistes que le programme français Scorpion

un piranha du 1/3 Lanciers (photo BE Defense)

Dans le cadre de la mise en place de la vision stratégique, la Belgique compte remplacer les Dingo et les Piranha de la Composante Terre, des véhicules entrés en service en 2006 et 2008. C’est le troisième gros dossier de remplacement de matériel militaire après les F-16 de  la Composante Air et les frégates et chasseurs de mines de la Composante Marine.

Pour le développement de sa nouvelle capacité motorisée, le ministre Steven Vandeput mentionne nommément dans son document de la Vision Stratégique un partenariat avec la France et le programme Scorpion :« un programme entre actuellement déjà en ligne de compte dans nos pays voisins, à savoir le programme français Scorpion. Ce programme permettrait de remplacer les véhicules de base de la capacité motorisée interarmes par différents types d’une plateforme internationale commune. » Au mois d’avril, la Libre Belgique mentionnait également cette forte probabilité : » S’y ajoute (…) l’achat de nouveaux véhicules pour doter la composante Terre d’une capacité motorisée (en jargon « Camo »), sans doute en partenariat avec la France, si Paris mord à l’hameçon. »

Le dossier, peu médiatisé contrairement à celui du remplacement des F-16, semble avancer dans la discrétion au sein du ministère de la Défense alors que les contrats doivent être signés courant 2018 et qu’une livraison est planifiée dans une période entre 2025 et 2030. Dans  une réponse à une question écrite du député Denis Ducarme le mois dernier, le ministre est resté évasif indiquant que le choix du pays partenaire n’était pas encore fait:  » La préparation de ce choix fait actuellement l’objet d’une prospection militaire qui vise à identifier des synergies possibles à travers toutes les lignes de développement y compris les domaines de l’appui logistique, la formation, l’entrainement et la doctrine. Le programme français Scorpion est effectivement une des pistes qui est évaluée, mais pas nécessairement la seule », a-t-il simplement répondu.

Le programme Scorpion semble tenir la corde comme choix prioritaire même si le ministre Steven Vandeput laisse penser qu’un autre pays que la France pourrait être choisi. La Commission Achats et ventes militaires était réunie hier pour discuter de dossiers relatifs à la capacité motorisée de quoi peut-être espérer une avancée et une annonce dans les prochaines semaines.

Publicités

Plus de 420 militaires belges bientôt en exercice en France au camp de la Courtine

Des Carabiniers-Grenadiers lors de l’exercice « Yellow Tiger » du 29 novembre au 1er décembre 2016 (photo bataillon 1 Carabiniers – 1 Grenadiers)

Un peu plus de 420 militaires belges vont participer à un exercice de grande ampleur en France au camp de la Courtine à partir du 27 mars pour une durée de deux semaines. Depuis le début de l’année, c’est le deuxième exercice de cette importance que va mener l’armée belge après celui du début de mois de février dans la province de Namur, impliquant 250 militaires dont une grande majorité du 12/13ème de Ligne.

Cette exercice, qui se déroulera cette fois-ci sur le sol français, va concerner des unités de la Brigade Médiane de la Composante Terre. La grande majorité de l’effectif sera fournie par le bataillon 1 Carabiniers – 1 Grenadiers avec 270 hommes. Le reste sera composé d’une vingtaine du bataillon Libération / 5 de Ligne, d’une vingtaine de l’État-Major de la Brigade Médiane ainsi que des éléments logistiques et d’appui. Les Carabiniers-Grenadiers seront appuyés par des véhicules blindés: les Dingo de l’armée belge. Cet exercice s’inscrit dans les entraînements réguliers effectués par la Brigade. Les Carabiniers-Grenadiers vont plus spécialement préparer un prochain déploiement au Mali, un théâtre d’opérations qu’ils vont retrouver après 2015.

Les militaires belges arriveront en France par la route et par le train via Ussel pour les blindés. Comme l’indique le journal local La Montagne, une délégation d’une cinquantaine de militaires belges sont venus en début d’année durant quatre jours pour étudier les sites de manoeuvres, champ de tir et village de combat en zone urbaine du camp de la Courtine.

82% des Belges ont confiance dans leur armée

photo Défense belge
photo Défense belge

Selon les données des Eurobaromètres, 82% des Belges ont confiance dans leur armée, une progression de 15 points en l’espace de 10 ans. La Belgique enregistre ainsi la progression la plus forte derrière la France. Ces chiffres de la Commission Européenne ont été publiés dans le dernier bulletin de l’Observatoire Économique de la Défense( ndlr: un organe du ministère français de la Défense) , mis en ligne sur le blog français Lignes de Défense.

Cette forte hausse s’explique par le contexte terroriste et les attentats survenus en Belgique le 22 mars dernier. Même controversée, l’opération Vigilant Guardian a sans aucun doute joué un rôle dans cette vision favorable des citoyens belges envers l’institution militaire. La Belgique se classe ainsi dans les 5 premiers pays européens avec le plus fort taux de confiance derrière la Finlande, la Grande-Bretagne, la France et l’Irlande. Selon ces mêmes données, cette confiance concerne majoritairement des hommes, âgés de 25-54 ans, de la classe moyenne inférieure, plutôt optimistes dans le futur de l’UE.

Le blog À l’Avant-Garde rejoint le réseau Theatrum Belli

czt-sw6xcaaefzyLe blog À l’Avant-Garde est fier d’annoncer qu’il rejoint le réseau Theatrum Belli.

Le site Theatrum Belli a été créé en mars 2006 par Stéphane Gaudin. Au fil des années, il est devenu le site de référence francophone dans le domaine de la sécurité-défense et un acteur important de la recherche française. Il a aujourd’hui une reconnaissance par l’institution militaire française. Le ministère de la Défense dépose sur le site ses différents magazines officiels. Premier site consacré au monde de la Défense en France, Theatrum Belli veut créer une synergie autour des questions de défense avec différents acteurs tout en promouvant un lien Nation-Armée.

Ce partenariat permettra de valoriser la Défense belge avec un rayonnement vers la France. Merci à Stéphane Gaudin pour son intérêt pour mon travail lancé il y a quelques mois.

Voir le site: http://www.theatrum-belli.com/

Homeland et Vigilant Guardian de nouveau sur la sellette

Commencée le 17 janvier 2015, l’opération Vigilant Guardian (OVG) ou Homeland n’a cessé de prendre de l’importance. Actuellement 1.800 militaires belges patrouillent dans les rues, un nombre élevé pour l’armée belge et du jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale. Régulièrement prolongée par le gouvernement, elle ne semble pas prête de s’arrêter au vu du contexte actuel. La situation devient critique notamment pour la Composante Terre. L’opération et ses conséquences ont de nouveau été discutées dernièrement dans les médias.

Des militaires du 29ème bataillon Logistique s'entraînant pour Vigilant Guardian (photo FB 29ème bataillon Logistique)
Des militaires du 29ème bataillon Logistique s’entraînant pour Vigilant Guardian (photo FB 29ème bataillon Logistique)

La Composante Terre est forte de 12.000 hommes selon les derniers chiffres officiels. On comprend donc que la mobilisation de 1.800 hommes, qui proviennent en très grande majorité de cette Composante, pèse et met en péril son opérationnalité d’autant plus que la Belgique va disposer d’un contingent important au Mali en septembre (120 hommes). Elle a d’ailleurs dû annuler ses portes ouvertes du 29 mai 2016 par manque de personnel et de matériel. Elle pourrait bien ne pas avoir lieu du tout en 2016. Certains diront que depuis janvier 2015, le contact avec la population est 24H/24 mais l’exemple est significatif.  Présent jusqu’en août à Bruxelles, le 12-13ème bataillon de Ligne, basé à Spa, a transféré son PC de commandement dans la capitale pour mieux coordonner et gérer les opérations. En juin, la RTBF indiquait que des militaires d’unités d’appui se préparaient pour pouvoir participer à Vigilant Guardian et suppléer leurs camarades des unités de combat durant l’été. Déjà au mois de mai, le 29ème bataillon de Logistique de Grobbendonk publiait des photos sur sa page Facebook d’entraînement dans le cadre d’une participation à Vigilant Guardian. C’est désormais officiel puisque le site de la Défense a publié le portrait du 1er sergent Lisa d’une unité spécialiste en systèmes de communication et d’information (CIS), participant à Vigilant Guardian. Ces unités fourniraient 10% des effectifs déployés.

photo FOB http://forcesoperations.com/
photo FOB http://forcesoperations.com/

Pourquoi ce soudain regain d’intérêt envers cette opération ? Le tout est partie d’une lettre poignante publiée sur Facebook d’un militaire belge. Son succès est devenu viral au point d’atteindre les internautes français. Dans ce message, ce militaire belge explique son ressenti sur sa mission et tente d’expliquer aux gens qu’il est un humain comme un autre:« Je suis un de ces soldats qui sont prêts à quitter notre pays pour un autre. Ce soldat qui est prêt à laisser les gens qu’il aime sans savoir s’il reviendra. Et je vous entends déjà dire: ‘Vous avez signé pour ça’. Oui, vous avez raison. Nous avons signé pour ça. Par contre, nous n’avons pas signé pour les insultes, les manques de respect et toutes les agressions dont nous sommes victimes. Mais vous avez raison. En nous engageant, nous savons ce qu’il nous attend lorsque nous sommes en mission dans notre propre pays » évoquant plus loin les personnes respectueuses qui remercient les militaires ou leur apportent à manger  » Vous savez pourquoi ces petits gestes sont si importants pour nous? Car ils nous rappellent que nous ne sommes pas que des pions en uniforme qui apportent un sentiment de sécurité aux citoyens, pour éviter la peur dans leur regard à chaque suspicion d’attaque. Ils nous rappellent que nous existons, que notre travail n’est pas juste de se balader dans les rues (…) Ces petits gestes sont si importants. Pour nous, ils veulent dire beaucoup. Aux personnes qui sont intimidées par nos uniformes et nos armes: n’oubliez pas que nous ne sommes que des hommes et que nous avons les mêmes émotions que vous. »

photo FB bataillon Libération-5ème de Ligne
photo FB bataillon Libération-5ème de Ligne

Les médias belges ont parlé d’un ras-le-bol chez les militaires belges, parlant de démissions à cause de Vigilant Guardian. Renchérissant, le site français Zone Militaire n’a pas hésité à titrer « Démissions en série dans l’armée belge », un titre un peu trop exagéré et catastrophique si on lit l’article ensuite. Il y aurait en tout entre 10 et 20 militaires, qui auraient démissionné et ce pour des raisons différentes. Rien de vraiment alarmant. L’agence Belga évoque des divorces en hausse chez les militaires, des heures supplémentaires  mal-payées, une mission qui peut durer jusqu’à 5 semaines. Selon le secrétaire permanent de la CGSP-Défense, Patrick Descy, la grogne porterait aussi sur la baisse des mission d’entraînement, la base du métier de militaire professionnel. Les mises en garde sur la perte des capacités opérationnelles des unités belges à cause de Vigilant Guardian sont récurrentes et parfois par des personnes extérieures de l’armée belge. C’est d’ailleurs facile à comprendre. Il est difficile de faire des manoeuvres avec différentes unités, occupées alternativement dans les rues. En juillet, des lignards étaient dans les rues à Bruxelles avec le bataillon ISTAR et des commandos. En août, des parachutistes ont pris la relève et on peut ajouter des militaires d’unités d’appui, évoqués ci-dessus.  Le bataillon Libération – 5 Ligne est projeté en partie au Mali tandis qu’une autre patrouille dans les rues. Toutefois la vision alarmiste de cette dépêche contraste avec l’accent appuyé mis par la communication de la Défense sur la fierté des militaires dans leur rôle de protection des citoyens. Les militaires sont peut-être plutôt inquiets pour la conservation de leurs compétences et savoir-faire mais la presse belge ne se penche pas vraiment sur le sujet et certains citoyens ne semblent pas pouvoir le comprendre à lire certains commentaires .

On saura fin août-début septembre si Vigilant Guardian va être prolongée et si oui avec quel niveau de mobilisation. En attendant, l’opération continue de faire parler dans la presse, dans la communauté militaire et la société civile. Avec la France, la Belgique est le seul pays européen à avoir mobilisé massivement les militaires dans la rue à proportion égale. Cette situation inédite risque de faire encore parler et d’interroger. Il sera intéressant de voir la réaction des citoyens si elle venait à durer.