Tentative d’attentat à Bruxelles : le professionnalisme des militaires de Vigilant Guardian unanimement salué

Des Chasseurs Ardennais en opération Vigilant Guardian à Bruxelles en juin 2017 (photo Fraternelle Royale des Chasseurs Ardennais)

Mardi soir, des militaires belges de l’opération Vigilant Guardian ont abattu un homme qui a provoqué une explosion mineure dans la gare Centrale de Bruxelles. 

Caractère inédit de la situation, c’est la première fois que des militaires de l’opération Vigilant Guardian faisaient usage de leurs armes contre un individu en train de commettre un attentat. Le Parquet a précisé qu’au vu des éléments, les règles d’engagement avaient été respectées, une information confirmée par le ministre Steven Vandeput qui a toutefois voulu les garder secrètes. Cette intervention s’est faite sans victime collatérale et aucune précision n’a été donnée sur le nombre de balles tirées par le militaire qui a abattu Oussama Z. Selon différents éléments recoupés ici et là les militaires, qui sont intervenus, faisaient partie des Chasseurs Ardennais même si aucune communication n’a été faite à ce sujet que ce soit par la Défense ou la presse.

Ce mercredi 21 juin 2017, le Chef de la Défense accompagné du Ministre de la Défense et du Commandant de la Composante…

Posted by Fraternelle Royale des Chasseurs Ardennais on Wednesday, June 21, 2017

Ce mercredi 21 juin 2017, le Chef de la Défense accompagné du Ministre de la Défense et du Commandant de la Composante…

Publié par Fraternelle Royale des Chasseurs Ardennais sur mercredi 21 juin 2017

Si cet action n’empêchera pas un débat légitime sur l’utilité ou pas des militaires dans la rue et l’opération Vigilant Guardian, l’action des militaires de Vigilant Guardian aura été unanimement saluée par les politiques et les citoyens sur les réseaux sociaux. Une belle image pour l’armée belge !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le syndicat militaire ACMP-CGPM est formel : Des militaires ont acheté sur leur propre compte des gilets pare-balles

Un militaire du bataillon de Chasseurs à Cheval en opération Vigilant Guardian à Bruxelles en juillet 2016 (photo d’illustration/ crédit bataillon ISTAR-IPR)

Le sommet de l’OTAN à Bruxelles, la semaine dernière, a été l’occasion pour le gouvernement Charles Michel de mettre en avant sa politique de Défense et sa volonté d’augmenter les dépenses militaires sans atteindre les 2% exigés par l’OTAN. Loin d’être convaincus, les syndicats ne sont pas enthousiasmes.

Roger Housen, consultant en stratégie pour la Centrale générale du personnel militaire (CGPM), lors d’une interview vendredi dernier, a notamment affirmé que des militaires devaient payer de leur poche des gilets pare-balles comme illustration de la faillite des forces armées belges. Le ministre Steven Vandeput a répondu que cette allégation était un mensonge: »Il est exact que l’armée verse des indemnités pour que le personnel puisse acheter des vêtements de travail. Mais les équipements, comme les gilets pare-balles, sont fournis par la Défense.« 

Le syndicat militaire ACMP-CGPM a répondu au ministre dans un communiqué, l’accusant à son tour de mentir:« Les gilets pare-balles ne sont pas présents en nombre suffisant dans toutes les tailles et leur entretien nécessaire lors du passage des gilets à d’autres détachements est tout aussi problématique. De nombreux militaires ont déjà été confrontés à cette question relative aux gilets pare-balles. Certains d’entre eux en ont vraiment assez de cette misère. Ils ont donc alors pris l’initiative d’acheter, de leurs propres deniers, auprès de commerçants civils, soit des gilets complets, soit les harnais uniquement et ce, afin d’avoir au moins un gilet pare-balles adéquat ou d’en disposer qui « ne puait pas encore, même après avoir été aéré des heures durant. (…) L’affirmation relative à l’indemnité de tenue est correcte, mais elle ne sert nullement à acheter de l’équipement de Corps et certainement pas du matériel force protection et ce, pour la simple raison que ce type d’équipement doit répondre aux normes de sécurité et de qualification rigoureuses. » Le syndicat n’est pas tendre avec le ministre:« Le Ministre Vandeput ment dès lors, non seulement sur les achats personnels de gilets pare-balles, mais il leurre aussi Monsieur Tout-le-monde au sujet de la finalité de l’indemnité de tenue. Il faut le faire ! »

Les cas évoqués par Roger Housen concerneraient le bataillon ISTAR d’Heverlee. Le syndicat indique par ailleurs que les noms des militaires concernés ont été « déposés » auprès d’un huissier et que les médias belges ont tout le loisir d’en vérifier l’authenticité. L’ACMP-CGMP n’est pas disposé à laisser passer les allégations du ministre et prend l’affaire très au sérieux.

L’hommage de Jean-Claude Van Damme aux militaires belges

Le célèbre acteur, réalisateur et producteur belge Jean-Claude Van Damme a rendu un bel hommage aux militaires belges engagés dans l’opération Vigilant Guardian sur son compte Instagram.

Sur une photo, on peut y voir l’acteur entre deux militaires du 12/13ème de Ligne de l’opération Vigilant Guardian dans le hall d’un hôtel bruxellois. « Un grand merci à tous ceux qui nous protègent », a écrit Jean-Claude Van Damme pour commenter la photo.

Environ 1200 militaires belges sont toujours engagés dans l’opération Vigilant Guardian.

Le bataillon de Chasseurs à Cheval au cœur des attentats du 22 mars à Bruxelles (deuxième partie)

capture d'écran JT RTBF
capture d’écran JT RTBF

Le sergent Paul-Henri, le caporal Johan et le soldat Samuel faisaient partie du peloton de Chasseurs à Cheval (ISTAR) en opération Vigilant Guardian le 22 mars 2016 à l’aéroport de Zaventem à Bruxelles. Témoignages.

Le 22 mars 2016 peu avant 8H du matin, deux explosions simultanées retentissent à l’aéroport de Zaventem à Bruxelles faisant une quinzaine de morts, dont les deux kamikazes, et une centaine de blessés. Les militaires de l’opération Vigilant Guardian, appartenant au bataillon de Chasseurs à Cheval, seront les premiers à arriver sur les lieux et à s’occuper des blessés. Leur action sera déterminante pour sauver des vies. Ils font partie des héros de cette triste journée qui a plongé la Belgique dans le deuil. En toute franchise et simplicité, certains d’entre eux ont accepté de témoigner sur leur action ce jour-là ainsi que leur vécu et leur expérience en tant que militaires. Des témoignages de premier plan.

La deuxième partie de notre focus sera consacrée à l’avant et l’après 22 mars 2016 : préparation à réagir, regard des médias, retour sur le terrain et enseignements à en tirer.

« On n’est jamais préparé à un tel événement »

En prenant leur poste ce matin-là, les militaires du bataillon de Chasseurs à Cheval en opération Vigilant Guardian ne pensaient sans doute pas vivre une telle situation. Ils ont mis en pratique en quelques secondes sans avoir le temps de réfléchir ce qu’ils avaient appris durant leur formation militaire. « Ce jour-là, pour ma part, j’ai vraiment agi machinalement », explique le sergent Paul-Henri qui poursuit : « Lorsque j’étais en train de sortir les blessés, aider mes collègues et chercher d’autres victimes, j’avais l’esprit occupé. » Le caporal Johan nous parle de son ressenti : « J’ai fait ce qui me semblait juste en ne perdant pas de vue que j’étais d’abord là pour sécuriser les lieux, ensuite les choses s’enchaînent. » Le cas du soldat Samuel est différent, lui qui met en avant sa formation de Para Commando : « Mon expérience de sept années passées dans cette unité exigeante mentalement et physiquement m’ont sans aucun doute beaucoup aidé tout comme mes cours de premiers soins. » Le bataillon de Chasseurs à Cheval pouvait d’ailleurs être fier de l’action réalisée par ses militaires ce jour-là. Cette même action a amené le regard des médias dans les jours qui ont suivi.

Sous le projecteur des médias

Le soldat Nathan rencontre Walter Benjamin (capture d'écran RTL-TVI)
Le soldat Nathan rencontre Walter Benjamin (capture d’écran RTL-TVI)

Parmi les témoignages recueillis ce jour-là par la presse belge, celui de Walter Benjamin avait particulièrement ému l’opinion publique. « Ma vie, je la dois à un militaire de l’armée belge que je voudrais remercier. Il est venu vers moi, m’a pris dans ses bras et m’a serré très fort. Il m’a dit « parle-moi, reste avec moi, regarde-moi dans les yeux, ne t’endors pas » », avait-il raconté. Trois semaines plus tard, il rencontrait son sauveur à l’hôpital devant les caméras de RTL-TVI. Un mois après les attentats, la Défense organisait également un point presse pour valoriser l’action des militaires de toutes les unités qui ont agi ce jour-là. À l’époque, le sergent Paul-Henri avait témoigné devant les caméras des différents médias du pays. L’effervescence est retombée aujourd’hui mais qu’importe les militaires du bataillon de Chasseurs à Cheval ne s’en plaignent pas et restent modestes.

« Je n’ai fait que mon devoir de soldat »

Le sergent Paul-Henri témoigne sur BX1 (capture d'écran BX1)
Le sergent Paul-Henri témoigne sur BX1 (capture d’écran BX1)

Le sergent Paul-Henri reste lucide sur l’actualité médiatique qui passe et continuellement volatile : « Il n’y a pas eu de changement dans mon quotidien. Qui se souvient d’un visage apparaissant une fois vingt secondes au JT ? », ajoutant « Les militaires ne sont pas là pour la gloire mais pour protéger la nation. » Même ton modeste chez le soldat Samuel, qui n’a pas spécialement ressenti d’effervescence médiatique : « J’ai fait tout ce que j’ai pu ce jour-là car il le fallait. Je pense avoir fait mon devoir. » Il préfère parler d’autres héros et de sa fierté d’avoir servi dans le bataillon ISTAR : « La presse a parlé de ce qui s’est passé en général, pas de tous les héros que j’ai vu ce jour-là. J’ai vu des gens se surpasser pour aider les autres. Je suis fier d’avoir été avec ce peloton du bataillon où j’avais été déployé en renfort. » Il confie même avoir gardé de très bons contacts avec ces collègues néerlandophones du bataillon, des liens indéfectibles entre frères d’armes noués lors d’événements tragiques. Pour sa part, le caporal Johan a toujours voulu rester anonyme mais regrette la couverture médiatique parfois trop répétitive pour certaines choses même s’il confirme qu’elle a été positive pour l’armée tout comme c’est le cas pour l’opération Vigilant Guardian qui a pris une nouvelle tournure après les attentats.

De retour sur le terrain en opération Vigilant Guardian

L’expression est du soldat Samuel : « Quand on tombe de cheval, il faut y remonter le plus vite possible. » Pas de demande de traitement de faveur ou de repos particulier, les militaires du bataillon de Chasseurs à Cheval sont de retour sur le terrain deux jours après. « Dans un premier temps, j’étais très, trop attentif. C’est très fatigant. Et les bruits violents me faisaient sursauter. Mais ça m’est passé, la vie continue. J’ai tiré beaucoup de leçons de cette épreuve », explique le soldat Samuel. Pas de changement particulier pour le caporal Johan : « Je ressens la même chose qu’avant que tout cela se soit produit. Je reste sur mes gardes un peu plus parano qu’avant. » Mais tous soulignent l’inventivité du terrorisme d’aujourd’hui : « Maintenant je sais comment j’ai réagi pour cette situation-là mais on n’a jamais deux fois le même scénario…qui sait quel sera le prochain ? », raconte le sergent Paul-Henri, qui confie avoir eu au mois de juin dernier une crise d’angoisse comme civil en vacances à l’aéroport de Zaventem au moment de l’enregistrement des bagages. « Lorsque je suis passé par la suite dans le cadre de l’opération Vigilant Guardian, je n’ai plus rien éprouvé. Le fait d’être en service nous fait changer pas mal notre comportement », poursuit-il, une façon de rappeler qu’un militaire reste un humain mais qu’il répondra toujours présent pour faire son devoir de militaire. Cela ne peut que forcer le respect.

Un militaire du bataillon de Chasseurs à Cheval en opération Vigilant Guardian à Bruxelles en juillet 2016 (photo bataillon ISTAR-IPR)
Un militaire du bataillon de Chasseurs à Cheval en opération Vigilant Guardian à Bruxelles en juillet 2016 (photo bataillon ISTAR-IPR)

« Même si le déploiement dans les rues de nos cités n’aura malheureusement pas permis d’éviter les attentats, cette opération se sera malgré tout révélée utile. Un temps précieux a pu être gagné et des vies humaines ont été sauvées grâce aux réactions immédiates de notre personnel et des secouristes militaires », écrivait la Défense dans son Dbriefing des attentats du 22 mars. Dans le dernier numéro de la Revue Militaire Belge, le commandant de la Composante Médicale, le Médecin Général-major Pierre Neirinckx a encore appuyé ces propos : « Il est cependant remarquable de noter que les premiers gestes qui ont sauvé des vies ce 22 mars, sont principalement dus aux réflexes de nos militaires qui patrouillaient ce jour-là. » Depuis la Défense organise des cours de premiers soins à d’autres institutions comme les pompiers pour partager son expérience. Des militaires présents ce jour-là, le soldat Samuel a suivi par la suite un cours de six semaines de secourisme militaire, assez poussé en premiers soins, pour être mieux préparé. Il y aura un avant et un après 22 mars 2016 pour tous ces militaires et pour l’armée belge dans son ensemble.

À environ un mois du premier anniversaire de ces tristes attentats, le blog À l’Avant-Garde voulait rendre hommage à sa façon à ces militaires du bataillon de Chasseurs à Cheval, anonymes ou pas, qui ont sauvé des vies grâce à leur action déterminante dans une situation exceptionnelle inédite. Merci aux militaires qui se sont confiés et au service de presse de la Défense qui a spontanément collaboré au projet, permettant sa réalisation.

 

Le bataillon de Chasseurs à Cheval au cœur des attentats du 22 mars à Bruxelles (première partie)

Un militaire sécurise les abords de l'aéroport de Zaventem pendant l'intervention des secours (photo BE Defense)
Un militaire sécurise les abords de l’aéroport de Zaventem pendant l’intervention des secours (photo BE Defense)

Le sergent Paul-Henri, le caporal Johan et le soldat Samuel faisaient partie du peloton de Chasseurs à Cheval (ISTAR) en opération Vigilant Guardian le 22 mars 2016 à l’aéroport de Zaventem à Bruxelles. Première partie de notre focus.

Le 22 mars 2016 peu avant 8H du matin, deux explosions simultanées retentissent à l’aéroport de Zaventem à Bruxelles faisant une quinzaine de morts, dont les deux kamikazes, et une centaine de blessés. Les militaires de l’opération Vigilant Guardian, appartenant au bataillon de Chasseurs à Cheval, seront les premiers à arriver sur les lieux et à s’occuper des blessés. Leur action sera déterminante pour sauver des vies. Ils font partie des héros de cette triste journée qui a plongé la Belgique dans le deuil. En toute franchise et simplicité, certains d’entre eux ont accepté de témoigner sur leur action ce jour-là ainsi que leur vécu et leur expérience en tant que militaires. Des témoignages de premier plan.

À 8H un 22 mars 2016…

Au moment des explosions, le soldat Samuel se trouve dans les escalators avec son binôme pour retourner au local de repos quand il entend une détonation assez faible comme un « pétard » avant deux secondes plus tard d’entendre une énorme explosion deux étages au-dessus et de ressentir l’effet du blast : « Mon premier réflexe a été de charger mon arme pour qu’elle soit prête à tirer. » Arrivé à toute vitesse sur le lieu de l’explosion, il charge sa deuxième arme et se tient en position de tir avec son fusil d’assaut (FNC) prêt à riposter face à toute menace. « Sur le moment, je me suis dit que ce n’était pas possible que ça nous arrive à nous », évoque le caporal Johan qui confie même : « Pour moi, l’explosion venait de l’étage inférieur ce qui n’était pas le cas de mon binôme qui pensait l’inverse. Nous avons pris le parti d’aller en bas et nous avons commencé à descendre. Quelques secondes plus tard, la seconde explosion est survenu au-dessus de nous à l’étage supérieur où nous aurions dû être si nous avions choisi d’aller en haut »…Pour le sergent Paul-Henri, « ce qui se passait semblait irréel ». En premier lieu, les militaires sécurisent la zone, rejoignant le lieu des explosions en progression tactique. Ne voyant plus de danger immédiat, ils apportent leur aide aux nombreux blessés.

Au milieu des blessés

Un militaire du bataillon ISTAR sécurise le lieu de l'attentat à l'aéroport de Zaventem peu après les explosions. (photo REUTERS/Jef Versele/Handout)
Un militaire du bataillon ISTAR sécurise le lieu de l’attentat à l’aéroport de Zaventem peu après les explosions. (photo REUTERS/Jef Versele/Handout)

« Des morceaux de plafond tombaient et de la poussière et des débris en feu flottaient dans l’air. Les tuyaux du système anti-incendie étaient arrachés et l’eau coulait à flot… Il y avait beaucoup de monde qui demandait de l’aide », décrit le caporal Johan. « Évaluer la gravité des blessures en n’oubliant pas notre mission première, ce n’est pas évident», explique-t-il. Le soldat Samuel apporte son aide à un homme avec une fracture ouverte : « J’ai essayé de faire un garrot avec ce que je trouvais sur place à proximité : sangle de valise, ceinture, mais ça ne fonctionnait pas … C’est alors qu’un secouriste m’a lancé, en passant à plusieurs mètres de moi en courant un tourniquet. Je dois bien avouer que le tourniquet CAT est très efficace, deux secondes plus tard il était en place. » Plusieurs soldats du bataillon ISTAR ont utilisé ce fameux tourniquet CAT ce jour-là. Le sergent Paul-Henri dégage une hôtesse de l’air en état de choc pour l’aider à se déplacer vers un endroit plus sécurisé. De son côté, le caporal Johan fait un garrot à une dame dont le pied avait été arraché par l’explosion. Toutefois les militaires se sentent mieux dans leur mission première comme l’explique ce même caporal Johan qui apporte son aide à un homme dont le dos était perforé par un rail métallique, une situation compliquée à appréhender sans une forte formation médicale : « Tout à coup, un médecin est arrivé. Ce fut un soulagement pour moi. Je lui donnai le reste de mes pansements en sachant qu’il en ferait certainement meilleur usage que moi. J’allai pouvoir m’occuper essentiellement de ma mission, sécuriser les lieux en cas d’attaque multiple. » Au milieu de la confusion, les soldats du peloton sont dispersés.

Sécuriser les lieux avant tout

Cette photo postée sur Facebook a fait le buzz. Un militaire du bataillon ISTAR évacue un blessé de l'aéroport de Zaventem.
Cette photo postée sur Facebook a fait le buzz. Un militaire du bataillon ISTAR évacue un blessé de l’aéroport de Zaventem.

En effet dans le feu de l’action et l’urgence du moment, les binômes se trouvent éclatés comme c’est le cas du caporal Johan qui se retrouve avec un autre binôme que le sien : « Dans mon esprit, j’avais autre chose à faire que de surveiller mon binôme ». D’ailleurs selon ses dires, la confusion la plus totale est présente même chez certains passagers : « Dans les étages inférieurs, certains n’étaient même pas au courant de ce qui était en train de se passer et croyaient qu’il y avait eu un accident sur le chantier voisin, d’autres pensaient être en sécurité. » Après avoir apporté les premiers soins, les militaires se dirigent vers d’autres missions. Le sergent Paul-Henri s’occupe de la sécurité d’un parking pour empêcher les badauds d’approcher. Le soldat Samuel escorte avec un policier un groupe de blessés évacués vers des ambulances hors de l’hôpital, s’occupe de fouiller les parkings et ensuite accompagne les pompiers pour trouver des survivants dans les décombres. Sa journée se termine par la protection de l’hôtel Sheraton. De son côté, le caporal Johan se décide à chercher dans l’aéroport d’éventuels terroristes qui pourraient frapper à nouveau pour provoquer un sur-attentat. Après avoir retrouvé le commandant du peloton, il se charge d’élargir le périmètre de protection pour les secours et établit des tours de garde. Les hommes du bataillon de Chasseurs à Cheval sont relevés à 22H et se retrouvent quelques heures plus tard dans leur caserne après une journée qu’ils ne seront pas prêts d’oublier.

2017-02-05Au début de l’après-midi, la page Facebook du bataillon de Chasseurs à Cheval annonce qu’il n’y a aucune victime parmi ses hommes présents à l’aéroport de Zaventem. Le caporal Johan envoie un sms à sa femme trois heures après la première explosion : tout va bien, je te rappelle dès que je peux. Dans le feu de l’action toute la journée, la pression retombe au retour dans la caserne : « J’ai pensé à ma famille et à moi », raconte simplement le caporal. L’émotion est présente. Le sergent Paul-Henri ne peut s’empêcher de laisser couler quelques larmes, plusieurs heures après les explosions. Deux jours plus tard, ils étaient tout simplement de retour sur le terrain en mission Vigilant Guardian prêts à défendre leurs concitoyens si le terrorisme venait à frapper à nouveau la Belgique.

Deuxième partie à suivre dans les prochains jours…

Deux ans de Vigilant Guardian : Histoire d’une opération « inédite » de l’armée belge depuis 39-45

Les premiers Chasseurs Ardennais de l'opération Vigilant en mission à Bruxelles le 17 janvier 2015 (photo Daniel Orban / BE Defense)
Les premiers Chasseurs ardennais de l’opération Vigilant Guardian en mission à Bruxelles le 17 janvier 2015 (photo Daniel Orban / BE Defense)

Depuis le 17 janvier 2015, les militaires belges sont déployés dans les villes belges dans le cadre de l’opération Vigilant Guardian ou Homeland. Retour sur un engagement inédit des forces armées belges depuis la Seconde Guerre mondiale.

Les attentats de Charlie Hebdo en France le 7 janvier 2015 ont donné l’opération Sentinelle. Mais ils vont également avoir des conséquences en Belgique où le gouvernement Charles Michel décide de prendre des mesures contre le terrorisme dont le déploiement de militaires en soutien à la Police fédérale selon les demandes. D’abord temporaire, ce déploiement inédit ne va jamais s’arrêter en deux ans, au point de faire désormais partie du paysage belge à Bruxelles, Liège ou Anvers. Il va prendre le nom d’opération Vigilant Guardian ou parfois Homeland avec des évolutions durant les deux ans.

Au commencement de l’opération

Le 17 janvier 2015 à 7H du matin, les 150 premiers militaires belges, Chasseurs ardennais et parachutistes du 3ème Bataillon, se déploient à Bruxelles et à Anvers pour des missions de surveillance statique. La veille, le gouvernement a décidé de leur déploiement lors d’un Conseil des Ministres suite au relèvement du niveau de menace à 3 par l’OCAM (Organe de coordination pour l’analyse de la menace). Ils pourront être au maximum 300 pour sécuriser des lieux sensibles et soulager la Police fédérale. Très vite, d’autres villes demandent également un renfort militaire comme Liège le 20 janvier, qui en obtient 25 en provenance du 12/13ème de Ligne de Spa. Des Lignards sont également présents à Huy et à Verviers. Les premiers chiffres communiqués après une semaine sont les suivants : 120 à Bruxelles, 120 à Anvers et 55 en province de Liège. D’autres villes ne veulent pas de militaires comme Gand et Malines. Le 24 janvier, le ministre Steven Vandeput communique sur le déploiement temporaire de militaires pour des missions de sécurité statique à l’appui et sous le commandement de la police. Mais pas de présence militaire dans les aéroports et les gares et il n’est pas question de patrouiller. Le 23 janvier 2015, la Défense écrit sur son site : « Les militaires mettent ainsi quelques activités et exercices entre parenthèses pendant un mois afin d’assurer leur service d’aide à la nation. » (sic !) Ce dispositif, qualifié d’exceptionnel en réponse à un besoin immédiat et urgent, doit durer un mois mais peut-être prolongé…C’est le début de l’opération Vigilant Guardian !

Première vidéo produite par la Défense belge sur l’opération Vigilant Guardian, encore temporaire à ce moment

Les militaires sont sous commandement policier et répondent à une demande spécifique (photo Daniel Orban / BE Defense)
Les militaires sont sous commandement policier et répondent à une demande spécifique (photo Daniel Orban / BE Defense)

De 200 à 1828 militaires dans les rues

Le nombre des militaires n’a cessé de varier en deux ans. Durant les premiers mois, leur nombre se stabilise autour de 200 et la mission des militaires est régulièrement prolongée. On atteint un premier pic à la fin du mois de novembre après les attentats de Paris du 13 novembre 2015. L’OCAM relève le niveau de menace à 4 à Bruxelles. Pendant le week-end du 21-22 novembre 2015, Bruxelles est en état de siège et les transports publics sont fermés tout comme les écoles, une menace d’attentat étant imminente selon le gouvernement fédéral. La situation revient peu à peu à la normale à partir du 25 novembre.  Durant cette période, le déploiement militaire est important au nombre de 1428[1]. Au mois de décembre 2015, leur nombre redescend à 700 mais la hausse est significative. Fin janvier 2016, le déploiement est de 1000 dont 700 visibles dans les rues. À partir du 5 mars, ils sont 40 de plus en charge de surveiller les centrales nucléaires. Les attentats du 22 mars vont changer à nouveau la donne. D’avril 2016 jusqu’à courant novembre 2016, ils sont au nombre de 1828. Depuis le 3 janvier 2017, ils sont désormais 1250 dans les rues avec une marge de sécurité de 150. Lors d’une phase ultérieure, leur nombre pourrait baisser à 1089.

Des militaires de l'opération Spring Guardian (photo Daniel Orban/BE Defense)
Des militaires de l’opération Spring Guardian (photo Daniel Orban/BE Defense)

Une opération qui a évolué

La mission des militaires belges a connu des évolutions. Désormais les militaires patrouillent dans les rues et sont présents dans les gares et les aéroports mais aussi les centres commerciaux et ce dès fin 2015. L’opération a pris le nom de Vigilant Guardian ou OVG durant les premiers mois mais il est aussi commun de l’appeler Homeland.  Au mois de mars 2016 après les attentats, la protection spécifique des centrales nucléaires (Fleurus, Tihange, Doel, et Mol-Dessel) par les militaires au nombre de 140 donne le nom de Spring Guardian et devient une opération à part entière moins connue mais toujours en cours. Opération sans date précise de fin, elle a été sujette à des débats quant aux règles d’engagement des militaires, qui n’ont jamais vraiment été rendues publiques, ouvrant la porte à des polémiques comme celles des fouilles non légales en avril 2016. Dès le début du déploiement, la Défense avait précisé qu’elle était là en appui de la Police fédérale et que les militaires n’effectueraient pas de contrôles d’identité. En novembre 2015, l’ex-patron de l’armée le général Gerard Van Caelenberge rappelait aux syndicats que les militaires étaient soumis à la législation belge en matière de légitime défense et qu’ils ne pouvaient faire usage de la force létale pour protéger des biens ou des bâtiments. De son côté, le ministère a toujours assuré que les militaires étaient au courant des règles d’engagement spécifiques, qui leur permettent de réagir adéquatement selon les menaces. Pour l’instant, les militaires belges n’ont jamais eu à faire usage de leurs armes. La collaboration avec la police a toujours été optimale et les relations sont bonnes. Quelques incidents avec des citoyens ont été parfois signalés mais ce sont des cas vraiment isolés et sans gravité.

Les véhicules militaires font aussi partie du paysage de Vigilant Guardian (photo Daniel Orban/BE Defense)
Les véhicules militaires font aussi partie du paysage de Vigilant Guardian (photo Daniel Orban/BE Defense)

Un coût financier conséquent partagé entre la Défense et l’Intérieur

Le coût de l’opération n’a cessé de grimper, les frais se partageant entre la Défense et l’Intérieur. « La Défense prendra en charge les coûts liés au personnel. Les frais supplémentaires seront à charge de la Police Fédérale », indiquait la Défense le 1er jour du déploiement. Le coût des neuf premiers mois avait été estimé à 10 millions d’euros, i-e pendant les mois de déploiement minimum de militaires avant que l’opération ne prenne de l’ampleur. André Dumoulin, dans un article dans la Revue Défense Nationale, donne un chiffre de 18,2 millions d’euros pour 2015. En 2016, le coût global a été au moins multiplié par sept par rapport à 2015 selon des estimations (34 millions d’euros pour le premier trimestre 2016). En novembre 2015, le gouvernement belge avait débloqué 400 millions d’euros pour lutter contre le radicalisme et le terrorisme. Une partie des 50 millions d’euros restants (21 millions d’euros) ont été attribués à Vigilant Guardian en juillet 2016.

La Composante Air a aussi apporté sa contribution (photo Composante Air)
La Composante Air a aussi apporté sa contribution (photo Composante Air)

Une opération en débat au sein de la Défense

L’opération n’a pas manqué de susciter des débats surtout quand tout le monde a compris qu’elle allait durer. Dans un premier temps, les militaires participant à l’opération étaient enthousiastes. Au fil des mois, cet enthousiasme n’a plus été pareil même si le professionnalisme est toujours là. L’opération pèse lourdement sur la Composante Terre, qui a dû puiser dans des unités de logistique pour faire face à la demande. Les Composantes Air et Médicale ont également apporté leur contribution. Des exercices, parfois majeurs, ont dû être annulés ou interrompus comme cela a été le cas fin novembre 2015. Dès le mois d’octobre 2015, le général Jean-Paul Deconinck, patron de la Composante Terre, mettait en garde et estimait qu’on avait atteint les limites du système, une mise en garde répétée en décembre 2015. En avril 2016, une source militaire indiquait à l’agence Belga que la mobilisation de plus d’un millier de soldats n’était tenable que pendant quelques semaines. Plus de six mois après, ils sont toujours plus d’un millier dans la rue. Récemment le général Marc Compernol, patron de la Défense, déclarait également craindre une perte de compétences, parlant d’une génération perdue. Pourtant l’armée n’a cessé de s’adapter au fur et à mesure de l’ampleur prise par Vigilant Guardian. De son côté, l’ex-patron de l’armée le général Gerard Van Caelenberge, espérait que l’opération permettrait de monter l’utilité de l’armée aux politiques avec l’espoir d’une revalorisation budgétaire. Peine sans doute perdue au regard des signaux donnés dernièrement par le gouvernement. Néanmoins, d’autres membres d’état-major ne sont pas aussi pessimistes, étant favorables à l’opération car elle donne une meilleure image de l’armée aux citoyens. On peut citer le cas du colonel Jean-Louis Crucifix, commandant militaire de la province de Liège, qui a soutenu et défendu à plusieurs reprises l’utilité de l’opération Vigilant Guardian.

L'armée communique beaucoup sur l'opération (photo FB bataillon Libération-5ème de Ligne)
L’armée communique beaucoup sur l’opération (photo FB bataillon Libération-5ème de Ligne)

Une meilleure visibilité médiatique pour l’armée

L’opération a toujours joui d’une certaine côte de popularité auprès de l’opinion publique. Deux jours après le début de l’opération, un sondage RTL-Ipsos-Le Soir indiquait que 72% des Belges étaient favorables à une présence militaire dans les rues. La Défense a beaucoup communiqué à ce sujet, profitant d’une exposition médiatique plus forte. Cet état de temporaire qui dure ne facilite pas forcément une meilleure approche du citoyen envers la mission du militaire alors que l’opération est présentée comme une des solutions face au terrorisme par les politiques, qui s’expriment d’ailleurs peu sur le sujet. L’opération reste parfois source d’une certaine incompréhension. La difficulté sera de trouver la solution pour y mettre fin pour sortir de l’impasse sans perdre la face. La création d’un corps de sécurité spécifique est à l’étude par le gouvernement et en projet mais il faudra un peu attendre avant qu’il ne voit le jour.

Les militaires, qui ont été déployés dans les rues le 17 janvier 2015, ne pensaient pas être les premiers d’une longue série toujours en cours deux ans après. Pris dans l’engrenage, le gouvernement n’a cessé de la prolonger. L’opération Vigilant Guardian a obligé l’armée belge à s’adapter et elle reste un vrai défi pour les mois à venir. Elle n’a cessé d’alimenter le débat politique, médiatique et militaire avec plus ou moins d’intensité. Il n’en reste pas moins qu’elle est devenue une opération à part entière de la Défense belge. Le ministère réfléchit d’ailleurs à la mise en place d’une médaille ou d’une décoration pour les militaires qui y ont pris part, une juste récompense !

[1] À ce sujet, lire l’excellent article de Nicolas Gros-Verheyde sur Bruxelles2 https://www.bruxelles2.eu/2015/11/22/et-bruxelles-devint-noire/

Les premiers Chasseurs Ardennais sont rentrés du Mali

Photo Fraternelle des Chasseurs Ardennais
Photo Fraternelle des Chasseurs Ardennais

Partis pour le Mali le 12 septembre  2016 dernier, les premiers Chasseurs Ardennais ont foulé le sol belge tôt le dimanche 8 janvier 2017 après une mission de quatre mois au sein de l’EUTM Mali. Ils étaient appuyés dans leur mission par du personnel issu du 4ème Bataillon Logistique (4Bn Log), du 3ème Élément Médical d’Intervention (3EMI) et du 4ème Groupement Communication Information System (4Gp CIS), de Marche-en-Famenne également, ainsi que d’un élément MCG (Movement Control Gp) de Zeebrugge.

Les Chasseurs Ardennais ont été accueillis par leurs familles pour certains à l’Aéroport Militaire de Bruxelles et pour d’autres au Camp Roi Albert de Marche-en-Famenne. Les autres rentreront dans les prochains jours. Le déploiement au Mali s’était effectué en deux temps avec un premier groupe parti le 12 septembre et un autre le 17 septembre. Ils seront remplacés par un détachement du 3ème bataillon de Parachutistes.

Photo Fraternelle des Chasseurs Ardennais
Photo Fraternelle des Chasseurs Ardennais

Les familles avaient appris le retour de leurs proches déployés juste avant Noël lors d’une réunion d’informations organisée au bataillon. Les Chasseurs Ardennais, rentrés du Mali, vont bénéficier d’un mois de permission. Ils seront ensuite déployés mi-février à Bruxelles et à Zaventem dans le cadre de l’opération Vigilant Guardian.

Les photos du retour sur la page FB de la Fraternelle Royale des Chasseurs Ardennais ici

[Coup de cœur] Les hommes du Bvr/5 Li en mission Vigilant Guardian à Bruxelles pour les fêtes (photos)

Depuis le mois de décembre, les hommes du  Bataillon Libération – 5 Ligne de Bourg-Léopold sont en mission Vigilant Guardian à Bruxelles pour Noël et Nouvel An. Cette unité d’infanterie a décidé de largement communiquer sur cette mission de sécurité et nous gratifie de très belles photos depuis quelques jours. Le contraste entre le militaire en patrouille et l’insouciance des personnes dans la rue est parfois saisissant. On aime aussi l’ambiance de Noël, les monuments de Bruxelles. C’est assurément le coup de cœur de cette fin d’année 2016 ! Une belle manière de rendre hommage à tous les militaires dans la rue pour ces fêtes de fin d’année !

Pour voir les photos: https://www.facebook.com/pg/Bvr5Li/photos/?tab=album&album_id=876151499144082

photo Bvr/5 Li
photo Bvr/5 Li
photo Bvr/5 Li
photo Bvr/5 Li
photo Bvr/5 Li
photo Bvr/5 Li
photo Bvr/5 Li
photo Bvr/5 Li
photo Bvr/5 Li
photo Bvr/5 Li
photo Bvr/5 Li
photo Bvr/5 Li
photo Bvr/5 Li
photo Bvr/5 Li

Des hauts responsables de la Défense en visite aux militaires de Vigilant Guardian pour Noël

photo Défense belge
photo Défense belge

En cette période des fêtes, les militaires de l’opération Vigilant Guardian étaient au centre des attentions et ont reçu la visite des plus hauts responsables de la Défense. Un signe de reconnaissance pour la plus importante opération de l’armée, qui mobilise 1.250 militaires sur tout le territoire belge et particulièrement à Bruxelles, Anvers et Liège.

Le chef de la Défense, le général Marc Compernol, a tenu à terminer sa tournée des popotes par Vigilant Guardian, rendant au passage hommage aux familles de militaires:« Afin d’assumer toutes ces opérations, en Belgique ou à l’étranger, plus de 2000 militaires sont déployés en ce moment. 2000 autres se préparent à prendre leur relève prochainement. Autant de familles qui sont confrontées à ces départs. Elles aussi méritent toute notre gratitude ! » Il est allé à la rencontre des différents militaires déployés à Bruxelles devant des institutions ou bien dans le métro pour Noël: bataillon Libération/ 5ème de Ligne, unité logistique, parachutistes, bataillon ISTAR, Lignards etc…

photo Bataillon Libération/5 de Ligne
photo Bataillon Libération/5 de Ligne

Le ministre Steven Vandeput était également sur le terrain le jour de Noël pour aller remettre des cadeaux aux militaires déployés et a fait un tour au PC de commandement du bataillon Libération/5ème de Ligne. La communication autour de cette visite s’est faite de manière bizarre. La dépêche de l’agence Belga autour de cette visite s’est faite sur base d’un tweet de sa porte-parole Laurence Mortier:« Il a effectué cette visite de Noël à ses troupes à Bruxelles « par gratitude » et « par respect », a indiqué sa porte-parole, Laurence Mortier, sur Twitter, photos à l’appui » sauf que par la suite ce tweet a été effacé. Le ministre, lui-même, est resté très discret sur cette visite. Le bataillon a toutefois publié des photos sur sa page Facebook.

tweet-porte-parole-vandeput-noel-2016

photo Bataillon Libération/5 de Ligne
photo Bataillon Libération/5 de Ligne

Noël s’est clôturé pour les soldats de Vigilant Guardian à Bruxelles par la visite du patron de la Composante Terre, le général Jean-Paul Deconinck. Ce dernier est l’un des plus critiques envers cette opération, qui pèse lourdement sur la Composante Terre. À l’occasion, l’agence Belga n’a pas manqué de rappeler que cette opération faisait débat au sein de l’état-major.

Les Chasseurs Ardennais, en mission OVG à Liège, n’ont également pas été oubliés. Le Commandant en second, l’Adjudant de Corps et le Caporal de Corps sont venus leur remettre des cadeaux de la Fraternelle le 24 au matin. Le Chef de corps et une autre partie du bataillon sont déployés au Mali et doivent rentrer en Belgique en janvier.

photo Fraternelle des Chasseurs Ardennais
photo Fraternelle des Chasseurs Ardennais

Belgique et Pays-Bas ont signé un premier protocole d’accord pour l’achat commun de navires

Crédits-photo: BE Defence-Malek Azoug
Crédits-photo: BE Defence-Malek Azoug

Le 30 novembre, le ministre de la Défense belge Steven Vandeput et son homologue néerlandais Jeanine Hennis-Plasschaert ont signé à Bruxelles un premier protocole d’accord pour l’achat commun de navires. Annoncée la semaine dernière dans la presse belge, la nouvelle a été officialisée par Steven Vandeput et par le ministère de la Défense des Pays-Bas.

Les deux pays vont faire l’acquisition commune de quatre nouvelles frégates et de quatre navires de lutte contre les mines, deux contrat d’un montant total de quelque quatre milliards d’euros. La Défense néerlandaise prendra en charge le dossier du remplacement des frégates, son homologue belge se chargeant quant à elle des navires de lutte contre les mines.

Selon les précisions de Steven Vandeput, l’idée est de signer le Memorandum of Understanding pour l’acquisition et les contrats y afférents en 2018. Les coûts d’acquisition pour la Belgique sont estimés à 1 milliard € pour les 2 frégates et 1 milliard € pour les 6 chasseurs de mines. Selon lui, cette signature souligne l’intention qu’ont les deux pays de continuer à coopérer dans le futur.  Jeanine Hennis-Plasschaert espère :« Que cette coopération soit une inspiration pour d’autres capacités et d’autres pays », ajoutant « Au final, notre objectif est de renforcer la force de frappe de l’Europe et aujourd’hui, dans un tel moment, pour la Belgique et les Pays-Bas, d’ajouter le geste à la parole. »

La coopération devrait se poursuivre aussi sur le terrain de la formation. Le Corps de Marine hollandais va poursuivre l’entrainement amphibie d’une ou deux compagnies des paracommandos belges. La Belgique étude aussi la possibilité de fournir une participation au Joint Support Ship Néerlandais avec, par exemple, une unité médicale belge ou un détachement hélicoptère.

La ministre Jeanine Hennis-Plasschaert se trouvait à Bruxelles pour une conférence à l’IRSD (Institut royal supérieur de Défense)  sur le thème «La coopération Benelux en matière de défense: un catalyseur pour l’intégration de la défense européenne». La Défense néerlandaise a également insisté sur la coopération militaire, qui ne cesse de s’accroître ces dernières années, entre les trois pays du Benelux. À partir du 1er janvier 2017, un autre accord va rentrer en vigueur avec la mise en place d’une rotation pour la surveillance aérienne des trois pays du Benelux.