Les Chasseurs Ardennais jumelés avec le 35ème régiment d’infanterie français

photo 35ème RI

Depuis trois mois, le bataillon des Chasseurs Ardennais est jumelé avec le 35ème régiment d’infanterie français, basé à Belfort. 

C’est le régiment français qui a officialisé hier le jumelage sur sa page Facebook. Le lieutenant-colonel Étienne Goudemant s’est rendu en France pour rencontrer son homologue français le lieutenant-colonel Christophe Richard. Il a pu découvrir le matériel français. Les forces armées terrestres des deux pays vont être amenées à collaborer plus étroitement dans les prochaines années après que la Belgique ait choisi de rejoindre le programme français Scorpion. Dans ce cadre, la Brigade Médiane a signé un partenariat avec la 7ème brigade blindée française en avril dernier. Les deux unités font d’ailleurs partie respectivement de ces deux brigades tout comme le 12/13 de Ligne qui est jumelé avec le 1er régiment de tirailleurs français depuis le 29 juin 2001.

Le 35ème régiment d’infanterie de Belfort est composé de 1195 hommes surnommés les Gaillards. Il est spécialisé dans le combat débarqué au contact direct de l’adversaire. Il est actuellement le plus moderne des régiments d’infanterie de l’armée de Terre avec la maîtrise du VBCI (véhicule blindé de combat d’infanterie), du système FELIN (Fantassin à équipements et liaisons intégrés) et du NEB (numérisation de l’espace de bataille). Sa devise est : « Tous gaillards, pas d’trainards ».

 

Publicités

La coopération internationale était au cœur du défilé du 21 juillet

photo BE Défense

En plus du thème « Fier de servir », la coopération internationale était également au cœur du traditionnel défilé militaire du 21 juillet qui a accueilli 158 militaires étrangers, contrairement à l’année dernière, avec en arrière-plan l’idée d’une défense européenne, largement reprise par les commentateurs du défilé. 

Tout d’abord, un détachement de l’Eurocorps occupait une place à part entière dans le défilé à pied pour fêter ses 25 ans. La Défense avait choisi de mettre ses différentes missions à l’étranger en avant.

La Lituanie était représentée tant dans le défilé à pied que dans le défilé motorisée. Un contigent de 100 militaires belges, appuyé de militaires luxembourgeois, est déployé en Lituanie dans un battlegroup dont  l’Allemagne, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Norvège font partie.  Dans le détachement enhanced Forward Presence (eFP) composée de militaires de la logistique et des transmissions qui défilait, on pouvait apercevoir des militaires lituaniens et allemands. Côté motorisé, un véhicule de transport lourd Scania transportait un char Léopard II allemand.

photo BE Défense

L’EUTM Mali était également à l’honneur pour illustrer l’action de la Belgique dans des missions internationales en Afrique. Le détachement était composé de Chasseurs Ardennais, qui ont été projetés sur ce théâtre d’opérations entre juillet 2017 et janvier 2018. Ces derniers étaient accompagnés de militaires espagnols qui ont défilé derrière leur porte-drapeau. Ils provenaient du régiment d’infanterie « Inmemorial del Rey » n°1.  Au Mali, la Belgique a beaucoup collaboré avec l’Espagne qui va prendre sa succession à la tête de la mission tout comme cela sera le cas pour l’EUTM RCA.

Des véhicules français du 1er régiment de chasseurs (photo DGMR)

Le commandement de la colonne motorisée était assuré par trois véhicules Lynx Light Multirole du quartier général de la Brigade Médiane. Trois véhicules français, deux VPC (Véhicule poste de commandement) et un VB2L du 1er régiment de chasseurs, en faisaient également partie pour illustrer le récent partenariat entre la brigade Médiane et la 7ème brigade blindée française. La nouvelle capacité motorisée belge de la Composante Terre va se mettre en place avec la France dans le cadre du programme Scorpion. Deux véhicules blindés boxer hollandais fermaient la marche de cette première partie du défilé motorisée.

Durant le défilé motorisé, les Belges ont pu également apercevoir un véhicule tout terrain Amarok néerlandais avec ScanEagle UAV, deux véhicules de reconnaissance Dingo luxembourgeois, un Mercedes-Benz néerlandais avec une pièce de mortier 120 mm et un camion Mammut allemand.

Un « boxer » hollandais (photo BE Défense)

 

La Brigade Médiane signe un partenariat avec la 7ème brigade blindée française

photo Composante Terre/ BE Defence

Le 5 avril dernier , le commandant de la Composante Terre, le Général-major Marc Thys, a signé avec le chef d’État-Major de l’Armée de Terre française, le Général d’armée Jean-Pierre Bosser une lettre d’intention en vue d’une coopération plus étroite grâce à un partenariat entre la Brigade Médiane et la 7ème brigade blindée française (7e BB), surnommé aussi la brigade des Centaures.

Ce partenariat franco-belge, qui concerne surtout les régiments et bataillons des deux brigades, se concrétisera par la planification, l’organisation et l’exécution conjoint d’exercices. Les deux brigades pourront ainsi apprendre à connaître leurs procédures  ce qui offre une plus-value lors d’un engagement international éventuel en plus des opportunités d’entraînement et d’une familiarisation avec le matériel. Cette collaboration permettra également aux deux nations de gérer des lieux et moyens d’entraînement d’une façon plus efficace.

La Brigade Médiane compte environ 2.600 hommes et est formé des Carabiniers-Grenadiers, du bataillon Libération – 5 de Ligne, des Chasseurs Ardennais, du 1/3 Lanciers, du 12/13 de Ligne ainsi que d’un Quartier général.

La 7ème brigade blindée française compte environ 8.000 hommes et est formé du 1er régiment de chasseurs, du 35ème régiment d’infanterie, du 152ème régiment d’infanterie, du 1er régiment de tirailleurs, du 68ème régiment d’artillerie d’Afrique, du 5ème régiment de dragons, du 3ème régiment génie, d’une batterie de renseignement de brigade, d’une compagnie de commandement et de transmissions ainsi que deux centres de formation initiale des militaires du rang.

 

Plus de 420 militaires belges bientôt en exercice en France au camp de la Courtine

Des Carabiniers-Grenadiers lors de l’exercice « Yellow Tiger » du 29 novembre au 1er décembre 2016 (photo bataillon 1 Carabiniers – 1 Grenadiers)

Un peu plus de 420 militaires belges vont participer à un exercice de grande ampleur en France au camp de la Courtine à partir du 27 mars pour une durée de deux semaines. Depuis le début de l’année, c’est le deuxième exercice de cette importance que va mener l’armée belge après celui du début de mois de février dans la province de Namur, impliquant 250 militaires dont une grande majorité du 12/13ème de Ligne.

Cette exercice, qui se déroulera cette fois-ci sur le sol français, va concerner des unités de la Brigade Médiane de la Composante Terre. La grande majorité de l’effectif sera fournie par le bataillon 1 Carabiniers – 1 Grenadiers avec 270 hommes. Le reste sera composé d’une vingtaine du bataillon Libération / 5 de Ligne, d’une vingtaine de l’État-Major de la Brigade Médiane ainsi que des éléments logistiques et d’appui. Les Carabiniers-Grenadiers seront appuyés par des véhicules blindés: les Dingo de l’armée belge. Cet exercice s’inscrit dans les entraînements réguliers effectués par la Brigade. Les Carabiniers-Grenadiers vont plus spécialement préparer un prochain déploiement au Mali, un théâtre d’opérations qu’ils vont retrouver après 2015.

Les militaires belges arriveront en France par la route et par le train via Ussel pour les blindés. Comme l’indique le journal local La Montagne, une délégation d’une cinquantaine de militaires belges sont venus en début d’année durant quatre jours pour étudier les sites de manoeuvres, champ de tir et village de combat en zone urbaine du camp de la Courtine.

Le 12/13 de Ligne intègre la Brigade Médium

Le lieutenant-colonel Manuel Monin, chef de corps du 12/13 de Ligne lors de la cérémonie militaire d'accueil (photo Brigade Médium)
Le lieutenant-colonel Manuel Monin, chef de corps du 12/13 de Ligne, lors de la cérémonie militaire d’accueil (photo Brigade Médium)

Depuis le 1er janvier 2017, le bataillon d’infanterie légère le 12/13ème de Ligne a intégré la Brigade Médium. La cérémonie militaire d’accueil avait lieu le 27 janvier dernier à Bourg-Léopold au quartier général de la Brigade Médium. C’est le premier pas vers la prochaine réorganisation de la Composante Terre dans le cadre de la mise en place de la vision stratégique du ministre Vandeput.

La Brigade Médium est désormais composée de 3 bataillons de manœuvre médians et de 2 bataillons de manœuvre légers. Le 12/13ème de Ligne rejoint ainsi le bataillon Carabiniers Prince Baudouin-Grenadiers, le bataillon Libération-5 de Ligne, le bataillon de Chasseurs Ardennais et le 1/3 bataillon de Lanciers. Dans la vision stratégique du ministre Vandeput, la Composante Terre doit se doter d’une capacité motorisée interarmes construite autour de 5 bataillons de manœuvre motorisés, qui seront équipés de manière uniforme et complète, avec des éléments combat support (artillerie, génie, ISTAR), des éléments combat service support (logistique, appui médical, moyens de commandement et de communication). La Belgique a l’ambition de fournir de façon illimitée un Battlegroup interarmes de 800 à 1.200 hommes pour des opérations de gestion de crise. La vision stratégique met l’accent sur le concept interarmes, qui doit permettre un déploiement rapide avec une meilleure efficacité.

Depuis 2011, le 12/13 de Ligne faisait partie de la Brigade légère. L’année 2011 avait vu également de profonds changements au sein de la Composante Terre avec la dissolution de la 7ème brigade de Marche-en-Famenne et d’autres unités dans le cadre du plan de « finalisation de la transformation » du ministre de la Défense de l’époque, Pieter de Crem. Les deux brigades actuelles de la Composante Terre avaient été créées à cette époque. Dans le cadre de la mise en place de la vision stratégique du ministre Vandeput, la Brigade légère va également connaître des transformations avec le renforcement des Forces Spéciales et la création d’une capacité SOF (Special Operations Forces).

Du changement à la tête de la Brigade Médium

photo Brigade Médium
photo Brigade Médium

La Brigade Médiane a un nouveau commandant avec l’arrivée du lieutenant-colonel Francis Legein qui prend la succession du lieutenant-colonel Tom Laurent. Cette passation de pouvoir s’est effectuée en présence du commandant de la Composante Terre, le général Jean-Paul Deconinck.

Entré à l’École Royale Militaire en 1989, le lieutenant-colonel Francis Legein a fait une partie de sa carrière militaire au 1er régiment de Chasseurs à Cheval (aujourd’hui bataillon de Chasseurs à Cheval) et a participé à une mission au Kosovo en 2003. Il a également occupé une fonction d’officier d’état-major à l’Eurocorps de 2012 à 2015. Depuis août 2015, il occupait un poste au Quartier général de la Composante Terre et travaillait sur un projet de numérisation de la chaîne de commandement.

Le lieutenant-colonel Tom Laurent avait pris la tête de la brigade en 2016.

Le général Peter Devogelaere prend la tête de l’EUTM Mali

photo EUTM Mali
photo EUTM Mali

Le général de brigade Peter Devogelaere a pris le commandement de l’EUTM Mali ce lundi 19 décembre, succédant à son homologue le général de brigade Éric Harvent. La cérémonie s’est déroulée en présence du général Marc Compernol, chef de la Défense, du général Jean-Paul Deconinck, patron de la Composante Terre, ainsi que du ministre malien de la Défense, Abdoulaye Idrissa Maïga. Un temps annoncé par un communiqué de presse du 5 décembre, le ministre Steven Vandeput n’était finalement pas présent. 

Le général de brigade Peter Devogelaere était le commandant de la Brigade légère jusqu’à sa récente nomination. Cette brigade se compose en grande partie d’unités parachutistes, commandos, des forces spéciales (SFG) ainsi que du 12/13ème de Ligne. Il était arrivé à la tête de la Brigade le 16 juin 2014, prenant la succession du colonel Pascal Laureys. Il a débuté sa carrière militaire comme chef de peloton au 1er bataillon de Parachutistes en 1985. Il a également commandé le 3ème bataillon de Parachustistes de 2005 à 2007 et participé à une mission au Liban au sein de la FINUL durant cette période. De septembre 2013 à juin 2014, il a été commandant du Centre de compétence de la Composante Terre.

Suite logique de sa prise de commandement, des para-commandos de cette brigade vont être déployés très prochainement au Mali pour remplacer les Chasseurs Ardennais. Ils ont préparé leur déploiement au mois d’octobre lors d’un grand exercice au camp d’Otterburn en Angleterre.

Après la Brigade Médium, c’est donc au tour de la Brigade légère d’assurer la mission belge au Mali.

[EUTM Mali] 90 Chasseurs Ardennais en partance pour le Mali

Photo TV Lux
Photo TV Lux

Ce lundi 12 septembre, 90 militaires des Chasseurs Ardennais ont décollé de Melsbroek pour Koulikoro au Mali dans le cadre de la mission de l’EUTM Mali. Ils vont assurer la protection des instructeurs chargés de former l’armée malienne pendant 4 mois. Ils seront rejoints le 17 septembre par 33 autres militaires. Ils vont remplacer leurs camarades du Bataillon Libération- 5 Ligne de Bourg Léopold.

Pour assurer cette mission, les Chasseurs Ardennais seront appuyées par du personnel issu du 4ème Bataillon Logistique (4Bn Log), du 3ème Élément Médical d’Intervention (3EMI) et du 4ème Groupement Communication Information System (4Gp CIS), de Marche-en-Famenne également, ainsi que d’un élément MCG (Movement Control Gp) de Zeebrugge.

Des Chasseurs Ardennais en exercice à Canjuers (photo Fraternelle des Chasseurs Ardennais)
Des Chasseurs Ardennais en exercice à Canjuers (photo Fraternelle des Chasseurs Ardennais)

Pour préparer au mieux cette mission de 4 mois, le bataillon a été en exercice du 9 au 25 mai sur l’immense camp français de Canjuers. « La météo et le terrain du sud de la France sont mieux adaptés à leurs objectifs », déclarait le lieutenant-colonel Étienne Goudemant, « La plupart des hommes se préparent à l’European Union Training Mission (EUTM) au Mali. Ici, nous avons un grand terrain disponible avec stands de tirs, villages reconstruits, etc. Nous avons cette infrastructure en Belgique mais il manque la chaleur qui est une grande difficulté sur le terrain, c’est pour ça que nous travaillons ici. » Le  4ème Groupement Communication Information System faisait également partie de l’exercice.

Depuis juillet, un général belge est à la tête de l’EUTM Mali. Il s’agit du général de brigade Éric Harvent, commandant de la brigade Médium depuis le 13 février 2015 et ancien chef de corps des Chasseurs Ardennais entre avril 2006 et décembre 2008. L’actuel chef de corps des Chasseurs Ardennais, le lieutenant-colonel Étienne Goudemant, est déjà sur place depuis quelques semaines au sein de l’état-major européen. Il est remplacé par son commandant en second, le commandant Bruneau.