Centrafrique : Baisse de la contribution militaire belge à l’EUTM RCA

crédit-photo EUTM RCA/V. Tritz

Le général de brigade belge Herman Ruys a quitté son commandement de l’EUTM RCA le 24 juillet dernier pour le laisser au général espagnol Fernando Garçià Blàzquez. Son départ provoque une baisse de la contribution de l’armée belge en Centrafrique.

La Belgique quittant le commandement de la mission européenne en Centrafrique, sa contribution militaire va diminuer. Des 26 militaires présents depuis le mois de janvier, seuls neufs vont rester déployés au sein de cette mission. Tous également issus de l’Eurocorps, ils vont continuer d’occuper des fonctions dans l’État-Major ainsi que dans le pilier Formation de l’EUTM RCA.

De son côté, le général de brigade Herman Ruys va reprendre sa fonction de Deputy Chief of Staff  Support and Enabling au sein de l’État-Major de l’Eurocorps. À  partir du 7 septembre, il évoluera vers une fonction de Deputy Commander dans ce même État-Major du corps européen.

Durant son mandat à la tête de l’EUTM RCA, un premier bataillon d’infanterie centrafricain a finalisé sa formation et a été déclaré opérationnel même si son déploiement n’a pas été possible dans l’immédiat. Depuis le mois de mai, l’EUTM RCA a commencé la formation d’un deuxième bataillon. La mission européenne en Centrafrique se compose de 170 militaires issus des 12 pays européens et partenaires.

Publicités

Un premier bataillon centrafricain formé par l’EUTM RCA bientôt opérationnel

Au camp KASSAI, les suédois participent à la formation des FACA. Aujourd’hui, le cours de combat se compose de deux mission: s’emparer d’une maison et la défendre. Après la partie théorique sur le tableau, mise en pratique sur le terrain. (crédit-photo adjudant-chef Tritz Vincent/EUTM RCA)

Le 3ème bataillon d’infanterie territorial centrafricain sera opérationnel à la fin du mois. Il s’agit du premier bataillon formé et entraîné par l’EUTM RCA depuis le lancement de la mission européenne en juillet 2016.

Le 3ème bataillon d’infanterie territorial compte 650 soldats répartis en 3 compagnies de combat (175 soldats par compagnie), d’une compagnie de commandement et de service ainsi que d’un état-major. La formation s’est déroulée en trois temps et a mobilisé 30 instructeurs pendant 7 mois. D’octobre à décembre 2016, le mandat 1 de l’EUTM RCA s’est concentré sur la formation de la 1ère compagnie et des personnels clés de l’état-major. De janvier à mars 2017, le mandat 2 de la mission européenne a formé de front la 2ème et 3ème compagnie. Durant le mois d’avril, l’ensemble du bataillon s’est exercé. Différents cours ont été fournis par l’EUTM tant au  niveau théorique qu’au niveau pratique: combat d’infanterie de différents niveaux (groupe, section, compagnie), tir de combat, éducation physique militaire et sportive, topographie, premiers soins au combat ou bien encore procédure radio.

En plus de l’entraînement opérationnel, l’EUTM RCA a apporté sa contribution en appui de

La section « ANACONDA » 2° compagnie 2° section réalise un exercice de combat.La mission consiste à « S’emparer d’une cache d’arme en suivant l’axe Lima1 et en revenant par Lima2.,Pour cette action un groupe doit s’emparer de la cache d’arme, un autre doit être en appui et le dernier se trouve en couverture. (crédit-photo adjudant-chef Tritz Vincent/EUTM RCA)

l’état-major centrafricain dans la sélection du personnel du point de vue médical et physique mais aussi en excluant tout militaire ayant été impliqué dans les événements récents (groupes armés, exactions…). Les militaires de l’EUTM RCA ont également conseillé les autorités militaires centrafricaines à propos des besoins en équipement de ses unités.

Le 3ème bataillon d’infanterie territorial recevra sa certification fin avril lors d’un exercice final sur le terrain où le bataillon dans son ensemble sera engagé. Il sera ensuite mis à la disposition des autorités centrafricaines qui décideront de son emploi opérationnel. Son déploiement reste toutefois conditionné à la disponibilité des équipements et à une chaîne d’appui logistique solide. Pour l’instant, ces deux conditions ne semblent pas réunies et ne permettent pas dans l’immédiat de déployer une unité de la taille d’un bataillon ou même d’une compagnie.

À partir du mois de mai 2017, l’EUTM RCA va commencer la formation d’une deuxième unité des forces armées centrafricaines. L’objectif du mandat initial de l’EUTM RCA est de former jusqu’à trois bataillons entre juillet 2016 et septembre 2018.

La Belgique est à la tête de l’EUTM RCA depuis janvier 2017 et a déployé 25 militaires en Centrafrique, en majorité issus de l’Eurocorps. Le général belge Herman Ruys commande environ 175 hommes issus de 12 pays différents.

Tir multi positions au camp de KASSAI (crédit-photo adjudant-chef Tritz Vincent/EUTM RCA)